A girly holiday { Ekaterina ♥ }



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 A girly holiday { Ekaterina ♥ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Yong Sora
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 100
Ϟ live in seoul since : 31/03/2012


MessageSujet: A girly holiday { Ekaterina ♥ }   Jeu 19 Avr - 12:44

Séoul est une fourmilière géante, peut-être pas aussi grande que Paris seulement d'après moi c'est déjà beaucoup trop. À croire que les gens ne dorment jamais, cette ville ne connait pas le repos, le stresse est donc omni présent et croyez le ou non, j'en souffre énormément. Il y a des jours comme ça, ou l'envie de tout plaquer me prend, m'exiler sur une île déserte et ne penser qu'à ma personne durant l'espace d'un instant. Il est vrai qu'au travail les désirs des clients passent avant les miens, ce qui n'est pas dans mes habitudes je dois avouer. Je me suis toujours fait passer avant les autres, c'est ainsi que mon caractère est fait. Tant que je vais bien ça va, le reste je m'en contre fiche pas mal. Je suis une peste, vous pensez ? Non pas vraiment, enfin si peut-être, mais j'ai toujours étais mise à l'écart avant. Personne ne se souciait de moi alors j'ai pris les devants et aujourd'hui je vis très bien. Bref, partir m'exiler quelque pars, j'en avais besoin donc, et c'est ce que j'ai fait. Je suis arrivée avant hier matin au Francki et j'ai posé quelques jours histoire de reprendre du poil de la bête, penser à autre chose et surtout vivre autre chose pendant quelques jours, quelques heures ou même quelques minutes me suffiraient. Des vacances ou même une sortie m'aurait suffi et mon ange gardien est apparu. Ekaterina, une amie, m'a proposé de partir 2-3 jours avec elle à Ganghwado, je n'ai su résister et ai bien entendu accepté la seconde d'après. Des vacances entre nénettes, oui ça pouvait être sympa et puis elle m'était de bonne compagnie. La majeure partie du temps, je passais mes soirées avec elle et on rigolait bien alors pourquoi pas ? Après tout, j'avais besoin de voir autre chose et je savais qu'elle saurait me changer les idées sans problème.

J'avais donc ce matin pris le dépars pour Ganghwado, une Ile pas très éloignée de Soul 50 kilomètres à tout casse, très abordable en soit. Je n'avais pas beaucoup d'argent en poche, la vie à la rude m'attendait donc, mais j'étais optimiste quant à ces petites vacances improvisées. J'avais mon baluchon et le nécessaire de survie, tout devrait rouler comme sur des roulettes. J'étais donc arrivée il y'avait peu de temps et avais directement foncé à la plage. J'avais eu des échos me disant qu'elle valait le détour et effectivement c'était le cas. Cet endroit transpirait la sérénité, loin de Séoul et de sa débauche, étrangement j'étais bien. Un sentiment familier s'empara de moi quand mes pieds touchèrent l'eau assez froide pour la saison. Ce décor me rappelait Busan et je me rendais compte que ma vie là-bas me manquait quelque peu. Ma mère me manquait, et mon père aussi d'ailleurs. Malgré les événements passés, il restait mon père et j'avais besoin de lui, seulement il n'était pas là... Je soupirais lourdement, passant ma main dans mes cheveux pour les remettre en place. Le vent les balayait délicieusement, j'étais bien. Je me tournais pour surveiller mes affaires posées à même le sable juste derrière moi avant de reporter mon attention sur l'horizon. Juste l'océan, le bruit des vagues et des oiseaux. Je n’avais jamais pensé pouvoir me contenter de si peu, seulement ma vie d'avant se résumait à ça, c'était un peu le retour en arrière, ça faisait autant de bien que mal, mais au fond de moi je sentais un certain bien-être et réconfort m'envahir, alors je souriais simplement et profitais de l'instant présent comme je l'avais toujours fait.

J'osais m'asseoir sur le sable humide, je retroussais le bas de mon pantalon pour qu'il ne traine pas dans l'eau puis je sortais mon téléphone de ma poche. La technologie nous rattrape, qu'importe où l'on se trouve. L'après-midi était déjà bien entamée, Eka ne devrait plus trop tarder maintenant. J'avais repéré un parc assez calme prêt du centre-ville, très simple à trouver, je lui envoyais donc un petit SMS pour lui dire que je l'attendais là-bas. J'ajoutais à la fin un gentil mot, lui disant de se magner, car j'en avais marre de poiroter toute seule et l'envoyais à la jolie Russe. Eka était une fille sympa et bien en tout rapport. Elle aimait faire la fête tout comme moi, seulement elle ne repoussait jamais ses limites. Je me souviens du soir ou je lui avais filé un petit rail de coke histoire qu'elle essaye... La pauvre c'était retrouvait dans un sale état et depuis elle n'avait plus recommencé. Ce n'était pas sans effort de ma part pour lui faire retenter l'expérience, mais son non était catégorique. On avait beau se prendre le bec, chacune tenant ses positions, elle ne changeait pas d'avis. Mais je l'aimais bien malgré tout. Peut-être qu'ici elle voudrait bien recommencer qui sait ? Je n'avais pas envie de la foutre dans la même merde que moi, je voulais juste qu'elle découvre comment tout est rose lorsqu'on est sous l'emprise de cette petite poudre blanche. La vie est tellement mieux, mais elle n'a pas apprécié, dommage pour elle. Au pire si elle n'en veut pas, ça m'en fera plus pour moi. Est-ce que je suis accroc ? Si en consommer très régulièrement voir tous les soirs et aimer ça signifie l'être alors oui je le suis et finalement je ne m'en cache pas trop. Je ne l'affiche pas ouvertement dans le sens ou je n'en parle pas au premier venu seulement si j'en ai envie alors j'en prends que ça plaise ou non la vie continue. Je suis consciente des risques et du fait que je pourris ma santé, seulement je n'arrive plus à m'en passer. Je suis tombée dedans tellement jeune que ça fait limite partie de ma vie, de moi tout court. C'est triste à dire et je sais qu'en continuant ainsi je ne vivrais pas très longtemps, mais je veux juste profiter et oublier mes problèmes, penser à autre chose et à l'heure d'aujourd'hui la drogue est la seule chose qui me fait voir le bon côté de la vie sur terre alors pourquoi s'en priver ? Un jour j'arrêterais oui c'est même certain, mais pas maintenant, un jour viendra j'aurais envie de me prendre en main, malheureusement ça ne risque pas d'arriver de si tôt.


Après avoir pris mon bol d'air frais, je me redressais maladroitement, époussetais mon jean et le remettais en place avant d'attraper mes affaires et de quitter la plage. J'allais aller m'installer sur un banc dans ce fameux parc histoire de ne pas manquer l'arrivée D'Ekaterina. Je traversais quelques rues et arrivais finalement au point de rendez-vous, quelques personnes étaient installées dans l'herbe, le temps s'y prêtait bien en effet il faisait beau et chaud aujourd'hui. Je trouvais un banc de libre pas très loin de l'entrée et m'y installais et posant mon sac de fringues à mes côtés. Je comptais bien profiter de ces petites vacances, et j'étais certaine qu'elles se passeraient très bien !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité


MessageSujet: Re: A girly holiday { Ekaterina ♥ }   Mer 25 Avr - 20:36

Ekaterina observait la vitrine d'une agence immobilière du quartier. Ses yeux parcouraient les petites affiches scotchées contre la vitre et plus elle s'approchait de la fin, plus son visage changeait de couleur, virant vers le blanc cassé. C'était cher, très cher. Beaucoup trop pour sa bourse. Précisons que son compte en banque a été vidé il y a quelques semaines de cela par son père, maintenant elle devait faire des économies pour ne pas claquer en quelques jours le reste de son argent caché dans son appartement actuel. Non, son foyer n'était ni Fort Knox ni la Korean Exchange Bank mais heureusement qu'elle était un minimum prévoyante, gardant des liasses de billets dans son coffre personnel, au fond d'une penderie dans son dressing. Si elle n'avait pas eu la brillante idée d’installer ce dispositif et de déposer régulièrement une somme d’argent, la moscovite aurait été ruinée dès le début, ne pouvant rien faire d'autre que de vendre tous ses biens pour finir par vivre dans un hôtel miteux, vendre son corps pour se payer de quoi subsister ... Bref, elle était moins dans la merde que prévu. Kat faisait le tour des agences pour dénicher un deux pièces sympa dans la capitale car elle savait qu'elle ne pourrait pas payer le loyer plus longtemps, son appartement était beaucoup trop grand et aussi trop cher. De temps en temps elle tombait sur une annonce intéressante, cependant c'était souvent trop tard ou son dossier n'était carrément pas accepté. Pas de travail, étudiante, aucun parent pouvant la soutenir. Elle devait se débrouiller seule, ce n'était pas gagné. Ces derniers jours la jolie blonde déprimait. Sa bonne humeur était partie aussi vite que son argent, elle avait perdu du poids et des cernes creusaient le dessous de ses yeux de biche, même l'éclat dans son regard avait disparu. Pour finir, cela faisait au moins sept jours qu'elle n'avait pas couché avec un garçon. Oui, la déprime totale. Ekaterina avait immédiatement pensé à contacter son amie Sora, la droguée, pour un séjour entre filles à Ganghwado. Elle avait une connaissance sur cette île qui pouvait leur louer des chambres d'hôtel pour presque rien. Pas dans un hôtel de merde en plus, du standing, du haut de gamme au bord de mer mais elle savait que ce ne serait pas de tout repos. Cette personne avait prévu de la contacter lors de leur arrivée pour leur expliquer ce qu'elles devraient faire pour mériter cette généreuse ristourne. La jeune femme n'avait pas précisé ce point à son amie quand elle lui avait proposé cette sortie. Tant pis, elle découvrira comme elle dans quelques heures.

Bruits de fauves rugissant. Son portable venait de sonner dans son sac. Les gens autour d'elle se retournèrent pour la dévisager. Quoi, vous voulez sa photo ? Au moins elle n'avait pas une sonnerie pourrit comme un bébé qui pleure ou la dernière chanson à la mode. Comme si à chaque fois qu'on t'appelle t'as envie de bouger ton cul au milieu de la foule, te croyant presque dans un concert à l'Olympic Park ! Bref. Sora venait de lui envoyer un texto pour lui signalait qu'elle l'attendrait dans un parc non loin de son arrêt de bus et qu'elle devait un peu se dépêcher. Bah quoi ? Ce n'était pas Kat qui conduisait le bus -heureusement pour les autres usagers-. La jeune femme lui renvoya un message pour la prévenir qu'elle se dépêchait, qu'elle serait là le plus tôt possible, elle rangea l'appareil dans sa poche puis regarda par la vitre du bus. Les minutes et les paysages défilèrent sous ses yeux. Soudain la machine ralentit pour se garer sur un emplacement prévu à cet effet. La mer. Le sable. Le ciel bleu. Ça changeait des buildings de la capitale, de la pollution, des masses de gens qui s'agglutinaient dans ces rues. C'était un plaisir et ces détails, même infimes, lui rendaient le sourire. Enfin. On pouvait comparer cette sensation plaisante à une batterie vide qu'on brancherait à un générateur pour la recharger. Oui, c'était ça. Cette joie s'accentua quand elle descendit de l'engin, se faisant presque bousculer par une bande d'anciens qui étaient semblables à des oranges, assez pressés, une bouffée d'air marin vint remplir puis chatouiller ses narines. Vacances, repos, amusement. Cette semaine s'entamait bien avec un temps aussi agréable, elle finirait probablement par la requinquer. Elle l'espérait.

Enfin elle l'apercevait. Une silhouette gracieuse se dessinait au loin, installée sur un banc. La moscovite se dirigea avec sa valise rouge à la main vers son amie, qu'elle réussit à reconnaître du premier coup d’œil. « Unnie ! » S'exclama-t-elle en la saluant d'un signe de main. La jolie blonde s'installa à côté de son amie. « Ce connard de chauffeur de bus ne semblait pas vouloir accélérer, peut-être à cause des vieillards autour de lui. Il devait avoir peur de se retrouver avec des dentiers encastrés dans son pare-brise » Elle soupira « Enfin bon, on y est. Prête à t'éclater pendant quelques jours ? » Les deux jeunes femmes ne restèrent pas longtemps à leur place. Elles se levèrent à l'unisson puis Sora suivit Ekaterina jusqu'à l'hôtel, pour qu'elles puissent déposer leurs valises et se balader un peu. La moscovite eut le temps de lui indiquer que la chambre leur serait quasiment offerte, qu'elles pourraient dépenser leur argent dans d'autres domaines. Néanmoins Kat préféra garder secret les raisons de cette gratuité et lui fit juste comprendre qu'une personne haut placée dans cet établissement faisait partie de son carnet d'adresse. De toute façon elle ne leur proposera pas de se prostituer, non ? Tout ça restait bien mystérieux, mais les affaires étaient les affaires. Elles ne roulaient pas sur l'or -enfin une moins que l'autre- donc elles devaient s'adapter; en plus la russo-coréenne ne désirait pas passer trois jours avec son amie dans un trou remplit de toxicomanes avec des matelas tachés de substances non identifiées ou complètements défoncés. Quelle image aurait-elle d'elle ? Sora n'était pas un modèle de sainteté, mais tout de même, Ekaterina avait sa fierté. C'était le luxe ou rien. Après quelques minutes de discutions pour trouver un moyen de locomotion, les coréennes décidèrent de marcher car d'après les renseignements de ladite connaissance, l'hôtel devait se trouver à une dizaine de minutes à pieds de là où elles se trouvaient. Encore des économies d'argent. Parfait.

Sora et Ekaterina pénétrèrent dans le grand hall, traversant un groupe de touristes hollandais. La moscovite sonna à l'accueil pour demander la responsable des lieux, une ancienne camarade de classe de sa mère. Elles étaient des bonnes amies d'enfance et avaient gardé contact depuis leurs années de lycée. Heureusement. Une femme maigre, les cheveux noirs tirés en arrières et attachés en chignon, un tailleur bleu foncé se présenta devant les deux jeunes femmes. Stricte était le qualificatif qui lui collait parfaitement à la peau, aigrie aussi, mais c'était surtout une veuve riche qui avait gagné un sacré pactole en épousant un magnat de la finance; elle avait bien réussi sa vie si son bonheur se résumait au nombre de zéros sur le montant de ses comptes en banque. Elle se prénommait Park Seong Hee. « Annyeonghaseyo Ekaterina-ssi » Marmonna-t-elle en faignant un sourire. « Annyeonghaseyo ajumma » La femme se tourna vers son amie, la scruta de la tête aux pieds pour finalement incliner poliment la tête puis leur fit signe de la suivre. Elles montèrent dans un ascenseur et sortir au deuxième étage, elles traversèrent un couloir qui paraissait interminable aux yeux de Ekaterina. La maitresse des lieux leur ouvrit la chambre n°111. Toutes les trois entrèrent dans la pièce principale, qui était assez exiguë mais confortable et elles fermèrent la porte derrière elles. La femme pivota légèrement, elle croisa les bras devant sa poitrine inexistante. « Ekaterina-ssi, cette chambre est offerte, gratuite, vous n'aurez rien à payer. Je te l'ai déjà dit ». Madame Park fit une pause pour regarder les deux jolies demoiselles face à elle, elle se frotta le menton. « Je vous demande seulement en contrepartie de tenir compagnie à des gens pendant quelques heures, le temps d'un repas, chaque soir. Vous serez évidemment exempt de payer votre part. Vous aurez les renseignements le soir-même. A plus tard ». La gérante de l'hôtel quitta la chambre, laissant Kat et Sora seule. La blonde s'installa sur son lit, elle ne quittait pas son amie des yeux, attendant sa réaction. Allait-elle mal le prendre ? Non, la coréenne n'avait pas l'intelligence d'une mouche, elle devait être consciente que rien n'était totalement gratuit dans le monde, même l'amour était payant. « Alors ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

A girly holiday { Ekaterina ♥ }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: i want nobody but you, you. :: archives time. :: anciens rps-