come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


MessageSujet: come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}   Dim 22 Avr - 11:50

« Impossible, ce doit être une erreur. Réessayez »
« Excusez-moi d'insister mais cette carte n'est pas acceptée non plus »
« C'est quoi ce bordel ? Réessayez putain ! »

Il devait avoir commencé car toutes ses cartes de crédit étaient désormais inutilisables. Heureusement qu'elle gardait de l'argent dans un coffre dans son appartement car sinon, la jeune femme aurait été totalement ruinée. Enfin bon, elle l'était presque, à quelques wons près. Pourquoi son père avait-il prit cette décision si radicale sans penser aux dommages collatéraux qu'elle allait provoquer ? Peut-être l'avait-il fait. En tout cas, Ekaterina se sentait dévisagée par les vendeuses de ce magasin de vêtements de marque. Elle avait l'habitude d'acheter dans cette boutique donc ces dames la connaissaient. Pourtant elles ne lui firent aucun cadeau et appelèrent même la sécurité au cas-où. Se sentant entourée, mal à l'aise et humiliée, Kat quitta l'endroit les mains vides en faisant de grandes foulées. Pourquoi est-ce que ça devait arriver aujourd'hui ? Comment a-t-il osé vider les comptes en banques de sa fille unique, alors qu'elle avait fait des efforts dans ses dépenses ces derniers temps ? Cet homme était cruel, il voulait donner une bonne leçon à sa fille de la pire des manières. Combien de temps ce manège allait durer ? Elle n'en savait rien. Tout ce que son père lui avait dit se résumait en quelques phrases prononcées sur un répondeur. Tss, être abjecte, minable, sans pitié. La moscovite se posa sur un banc, pensant que le moment était venu pour examiner le problème. L'allée centrale du centre commercial était bondée. Il y avait des groupes de jeunes lycéens ou des étudiants de l'université qui profitaient de leur week-end de libre pour sortir. Quoi de mieux que le shopping pour s'amuser entre potes ? Enfin en mettant de côté les boîtes, le cinéma et la baise. La blonde poussa un profond soupire, elle fouilla dans son sac à main pour en sortir son portable. Devait-elle l'appeler ou non ? Ce vieux con a plus d'un tour dans son sac, pensa-t-elle, lui passer un coup de fil n'arranger en rien sa situation, en plus il en profiterait pour lui faire la morale. Ekaterina jura à voix haute dans sa langue maternelle, faisant se retourner les gens qui passaient à côté d'elle. Vous avez un problème ? Voulait-elle leur lancer. Le moment était mal venu et Vladislav le savait parfaitement. Dans quelques jours, au moment de payer le loyer, Kat devra se résoudre à abandonner son agréable cocon pour un appartement où elle pourrait espérer pouvoir payer les impôts. En plus elle devra probablement se trouver un emploi plus ou moins stable pour pouvoir survivre. Le pire était à venir.

L'asiatique passa une main dans ses longs cheveux. L'expression sur son visage exprimait une certaine crainte, son agréable sourire s'était envolé, ses lèvres étaient pincées et quelques gouttes perlaient sur son front. Ce n'était pas le moment de supplier le patriarche pour qu'il la laisse tranquille. En plus il la laissait tranquille, il reprenait juste son propre argent. Sûrement à l'autre bout de la planète, l'homme d'affaire devait être en train de réfléchir à un bon moyen de l'enfoncer encore plus. Quand elle sera au plus bas, sans aucun moyen, il viendra la relever et lui proposer un autre marché à la con. Déjà qu'il l'avait fiancé sans lui demander son avis ou sans avoir son consentement, il avait plus d'un tour dans son sac le vieil homme. Cependant la fille Andreï était sure d'une chose : son entreprise lui reviendra quand ce dernier cassera la pipe, à aucune autre personne, son avenir n'était pas totalement fichu, il fallait juste patienter jusque-là. Kat baissa la tête pour regarder sa montre. Mh il était presque l'heure d'y aller, Chul Hei ne devrait pas tarder. Alors qu'elle s’apprêtait à partir son portable vibra entre ses doigts, elle l'alluma. Nouveau message. Le jeune homme venait de lui envoyer un texto, il ne pouvait pas la conduire à Suwon mais il pouvait la rejoindre là-bas. Tant pis, elle irait seule. En temps normal la demoiselle lui aurait envoyé un message pour l'insulter, cependant elle avait besoin de lui aujourd'hui.

La voiture noire fonçait à vive allure sur l'autoroute, elle fit deux queues de poisson à la suite puis faillit heurter un motard qui passait par là. Elle klaxonna à plusieurs reprises pour exprimer son mécontentement. L'autoradio était allumé sur une station musicale, le volume à fond. Il était dans les environs de une heure et quart de l'après-midi, samedi 21 avril, Ekaterina avait rendez-vous à Suwon pour rendre visite à sa grand-mère maternelle. Pourquoi avait-elle demandé à son ami de l'accompagner ? Première raison : il était divertissant et amusant de le voir accomplir la moindre de ses demandes; deuxième : sa grand-mère est une femme assez envahissante, elle souhaite absolument qu'elle lui présente son actuel fiancé -oui, les nouvelles vont vite dans la famille- et quoi de mieux qu'un faux pour se rassurer ? Car Dimitri est un vrai connard, elle ne pouvait pas se permettre de lui présenter un type pareil. Il suffisait juste d'avancer une bonne somme d'argent à Chul Hei et l'affaire était quasiment dans le sac. Enfin ... dans le sac ... l'argent ne coulait plus à flot donc il fallait faire des économies ... Bon, c'était pour la bonne cause. La voiture allemande se gara sur le parking de l'hôpital, éteignit le moteur mais tourna quand même la clef d'un cran pour garder la radio allumée, sortit un magazine ainsi qu'un stylo de la boîte à gant. Il pleuvait des cordes donc contrairement à ce qui était prévu, elle ne sortit pas de la voiture pour l'attendre. De toute façon il connaissait bien sa voiture, il la trouverait assez facilement.

« Flash spécial, incendie déclaré dans un quartier résidentiel de Suwon ... Pompiers de la ville mobilisés pour éteindre les flammes qui ravagent les appartem ... » La moscovite augmenta le volume en appuyant sur un bouton situé sur le volant et tendit l'oreille, espérant ne pas avoir de mauvaises surprises. « ... Étages condamnés, trois personnes ont sauté de leur balcon pour échapper à l'incendie et deux sont décédées, un est dans un état grave ... Envoyez spécial sur les lieux ... » Même si Ekaterina n'appréciait pas énormément sa grand-mère, il fallait qu'elle sache si c'était son appartement qui était touché par ce sinistre. Juste au cas où, pas qu'elle vienne pour rien. Elle s'empara de son téléphone pour faire le numéro de la maison. Rien. Aucune réponse, ça sonnait dans le vide. Mh. La jeune femme fit alors le numéro de portable de la vieille femme. Ah, ça sonnait encore puis soudain ... « Yoboseyo ? » Fit une voix aiguë à l'autre bout du téléphone. Discret soulagement. « Halmeoni, c'est Ekaterina ... ». Quelqu'un toqua à la fenêtre, l'asiatique sursauta puis se retourna. Chul Hei venait d'arriver, elle lui fit signe d'entrer dans la voiture. « Halmeoni, tu n'es pas chez toi ? Je viens d'entendre à la radio que ... » Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que son aînée lui coupa la parole sèchement. « Je suis chez ton oncle Kim Bae, rejoignez-nous là-bas ». Elle raccrocha. Vieille mégère. Chul Hei venait juste de s'installer côté passager et claqua la portière. Kat le salua poliment en inclinant la tête en avant puis démarra le moteur, elle fit une marche arrière sans porter une grande attention aux autres voitures et sortit du parking pour s'engager sur la route. « Changement de programme, on doit aller chez le frère de ma mère, la vieille se trouve actuellement là-bas. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais rien ».

La jolie blonde ne respectait pas les limites de vitesse, slalomant entre les files sans mettre de clignotant. La maison de l'oncle Bae se situait dans les alentours de Suwon. Cet homme était encore plus détestable que sa propre mère, ce devait être dans les gênes. La moscovite l'avait croisé deux ou trois fois dans sa vie, à chaque fois il la prenait pour une imbécile ou une prolétaire. Elle l'était presque mais normalement, c'était encore secret. Il avait fait fortune en reprenant l'hôtel familial et en le transformant en hôtel de luxe, il s'en était mis plein les poches. Elle l'avait en horreur. En plus quand l'oncle Bae et la grand-mère étaient réunis, l'ambiance était électrique. Ça promettait. Une vingtaine de minutes plus tard, l'auto ralentit pour s'engager dans une allée pavée. Ils étaient pile poils à l'heure. La coréenne se gara à côté d'une voiture de sport jaune canari puis coupa le moteur, elle se tourna vers son ami. « On va récapituler. Tu t'appelles Han Dimitri, tu as 23 ans, tu es directeur de la joaillerie de mon père à Séoul et on est fiancé depuis quelques mois. Tu es autoritaire, droit, égocentrique et tu es as beaucoup d'argent. On va essayer de faire en sorte qu'ils ne se posent pas trop de questions et qu'on s'en sorte assez bien. Normalement on reste jusqu'à demain mais je vais demander pour qu'on prenne une chambre séparée. Ça va ? Des questions ? » La moscovite chercha à tâtons derrière le siège du conducteur pour attraper le parapluie.
Revenir en haut Aller en bas



Im Chul Hei
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 61
Ϟ live in seoul since : 07/04/2012


MessageSujet: Re: come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}   Dim 22 Avr - 13:11

Un samedi. On était un samedi et lui ? Et bien nan, il ne profitait pas de la journée comme tous les autres Séoulites, nan, monsieur faisait encore les courses pour son boss. Sérieusement, il en avait sacrément marre de jouer la boniche... Mais pas le choix, car sinon il serait viré et au revoir le fabuleux boulot qui promettait un bel avenir. C'est donc à regret qu'il était allé chercher la voiture du boss, ayant enfilé des chaussures d'homme pour une fois et il s'en bénissait. C'était tellement plus facile de conduire ce vieux machin avec des chaussures plates qu'avec des talons. Il faudrait qu'il pense à remercier son pigeon pour lui avoir demandé d'aborder un look plutôt masculin et pas extravagant. D'ailleurs en parlant d'elle, il serait peut-être bien qu'il la prévienne qu'il ne pourrait pas venir la chercher. Dommage, il ratait encore une belle occasion de sortir sa toute nouvelle voiture. Quoi qu'avec le temps de chien qu'il faisait ce n'était peut-être pas plus mal. Oui il était de mauvaise humeur aujourd'hui. Entre la pluie et son patron, il ne lui manquerait plus que le coup de grâce qu'il est un accident avec cette voiture de collection. Mais il arriva sans problème à destination, ayant faillit percuter un ou deux autres conducteurs, renversé du café sur son pantalon et hurler des insultes à tout va.

Il déposa le véhicule là où on lui avait indiqué, donna les clés au garagiste qui sembla avoir de la peine pour le pauvre jeune homme, mais que celui-ci le rembarra très vite. C'était pas le moment de venir le chercher, car il serait bien capable de vous torturer juste pour évacuer toute sa colère. Mais il se calma, ayant pris du change chez lui, il passa par les toilettes en attendant qu'un taxi arrive et changea de pantalon. Bordel, un Armani en plus. Il fulminait de rage en pensant qu'il risquait d'être foutu. Enfin, sortant des toilettes après s'être assuré d'être convenable, il monta dans le taxi qui venait d'arriver et demanda au conducteur de passer par le pressing qu'il lui indiquait avant d'aller à Suwon. Il déposa le pantalon, faisant comprendre à la propriétaire qu'il attendait d'elle qu'elle réalise un miracle avant de remonter dans le taxi et cette fois-ci pour retrouver Ekaterina. Finalement, ce n'était pas plus mal qu'il prenne le taxi, au moins, ça lui évite de s'énerver encore une fois sur les pauvres conducteurs qui auraient eu le malheur de le croiser.

Arrivé sur le parking, il paya le taxi, le remercia peu agréablement, pris son sac et son parapluie avant de sortir du véhicule et de chercher la voiture de la demoiselle. Une voiture allemande noire, y'en avait pas des tonnes et il la repéra bien vite. Forçant le sourire, il toqua au carreau côté conducteur pour lui faire savoir sa présence et monta dans le véhicule sous les indications de la propriétaire. Elle venait de terminer sa conversation téléphonique, quand lui claqua la portière pour protéger l'intérieur de la voiture de cette pluie qui commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. « Changement de programme, on doit aller chez le frère de ma mère, la vieille se trouve actuellement là-bas. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais rien ». Il soupira, c'est vrai, c'était pas une sortie habituelle, il l'avait presque oublié. Il devait jouer les comédien pour elle, forte heureusement il était plutôt doué dans ce domaine. Il lui répondit par un simple « ok » pour lui faire comprendre qu'il avait reçu le message. Nan il n'avait pas envie de lui faire de grand discourt pour le moment, il réservait ça pour son jeu d'acteur à venir.

Il laissa Ekaterina conduire, même s'il n'en pensait pas moins sur sa conduite. Mais du moment qu'elle ne les encastrait pas dans un autre véhicule, il s'en foutait un peu. Regardant les paysages défiler à une vive allure, le trajet se fit dans le silence jusqu'à ce que la conductrice arrête la voiture et reprenne la parole. « On va récapituler. Tu t'appelles Han Dimitri, tu as 23 ans, tu es directeur de la joaillerie de mon père à Séoul et on est fiancé depuis quelques mois. Tu es autoritaire, droit, égocentrique et tu es as beaucoup d'argent. On va essayer de faire en sorte qu'ils ne se posent pas trop de questions et qu'on s'en sorte assez bien. Normalement on reste jusqu'à demain mais je vais demander pour qu'on prenne une chambre séparée. Ça va ? Des questions ? » « Ok, Dimitri, joaillerie de ton père. Euh ouai, si une question, c'est bien DIAMandreï korea le nom de ta joaillerie ? Histoire que je ne fasse pas de bourde, il faudrait pas que je merde sur un truc aussi simple. Ça serait con de tout foutre en l'air à cause de ça. Sinon ça me va. Quant à la chambre, c'est comme tu veux, moi ça me dérange pas, si ça permet d'être plus crédible. Enfin, faisons comme tu l'as prévu. Après tout, tu les connais mieux que moi. Et dernier petit point, histoire d'être en accord dessus, je t’appelle comment face à ta famille ? Ekaterina tout simplement ? » Lui souriant, il lui attrapa son parapluie et le lui donna avec un clin d'oeil, lui faisant comprendre que c'était sa dernière bonne action en tant que Chul Hei. Puis attrapant le sien avec son sac, il sorti du véhicule, s'adossant du côté conducteur en attendant que la demoiselle sorte à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité

Invité


MessageSujet: Re: come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}   Dim 29 Avr - 14:11

La séoulite croisait les doigts pour que la supercherie qu'ils allaient créer fonctionne, qu'ils en prennent plein les yeux. Intérieurement elle ne pouvait s'empêcher d'espérer que le jeune homme ne se fasse pas démasquer car, après tout, il devait jouer une personne qui existait réellement et même si l'oncle et la grand-mère n'ont jamais croisés Dimitri, ils ont sûrement reçu quelques informations de la part du daron. Il fallait jouer la carte de la prudence. Ekaterina vérifiait une dernière fois la tenue de Chul Hei. Parfait, rien à redire. Elle pencha la tête d'un côté, puis de l'autre, faisant une moue de réflexion, passa son index sur sa lèvre inférieure. « DIAMandreï branche coréenne, oui. C'est l'entreprise de mon père. Ne me demande pas pourquoi il l'a engagé, ce type est bourré de diplômes mais il les a eu dans des écoles privées spécialisées dans le cirage de pompes. Enfin bon. Et puis pour ce qui est de la façon dont il m'appelle ... » La moscovite et son fiancé s'entendaient très mal. Pour tout dire, à chaque fois qu'ils se voyaient, il fusait toutes les insultes possibles dans toutes les langues qu'ils pratiquaient. Que ce soit en russe, en coréen, en anglais, aucun mot gentil. Chien et chat, voilà ce qu'ils étaient. Ekaterina n'aimait pas Dimitri, c'était réciproque, elle ne voulait pas le présenter à sa famille et c'est pour ça qu'elle avait demandé à son ami de lui rendre service, enfin surtout de jouer ce rôle en étant grassement payé. La jeune femme hésita un instant. « ... Tu pourras te contenter de m'appeler Kat ». Tandis que le coréen sortait de la voiture, la jolie blonde arrangea sa frange et en profita pour se mettre un peu de rouge à lèvres.

Les deux asiatiques partageaient le même parapluie et se dirigeaient à l'unisson vers le pallier de la gigantesque bâtisse, sous la pluie qui semblait de plus en plus forte. Lorsqu'ils furent protégés par l'avancée de toit, Ekaterina laissa Chul Hei fermer le parapluie; par la suite la jeune femme arrangea un peu le col de l'acteur et lui adressa un sourire amical. Certes il était payé mais il n'en restait pas moins quelqu'un de sympathique. « Fighting ». Alors qu'elle s'apprêtait à poser un doigt sur la sonnette pour annoncer leur arrivée, la jolie russe dévia légèrement pour mettre une discrète tâche de rouge à lèvre dans le coin des lèvres de Chul Hei. Elle lui murmura que c'était pour faire plus crédible, qu'il lui fasse confiance. De toute façon, le coréen n'était pas un abrutis fini, il jouait bien avec son argent à elle depuis pas mal de temps. Bref. La demoiselle appuya sur la sonnette. Pour une fois elle avait l'air stressée, tendue, car elle ne savait pas comment le séjour se passerait. Elle n'eut pas le temps de se plonger trop longtemps dans ses pensées vu que la porte s'ouvrit et qu'une femme d'un certain âge se présenta devant eux. La grand-mère était là, d'habitude elle attendait les invités à l'intérieur et laissait quelqu'un d'autre les faire entrer, elle devait être très curieuse de voir le visage dudit fiancé.

Le faux couple présenta ses respects à l'aînée de la maison, derrière son épaule un homme rondouillard tendait le cou pour les apercevoir. L'oncle. Un domestique ferma la porte derrière eux, la jeune femme posa le parapluie complètement trempé contre un mur et s'approcha de son faux fiancé. Elle posa son pouce contre un coin de sa bouche pour essuyer la trace de maquillage en esquissa un sourire tendre, faisant bien attention à ce que son action soit visible des deux adultes. « Vous êtes monsieur Han ? » fit la vieille femme en plissant un peu les yeux, lui donnant l'air de l'examiner aux rayons x. « Mh. Suivez-moi tous les deux ». Ekaterina suivit de près sa grand-mère maternelle, laissant son faux fiancé en compagnie de son oncle. Elle ne pouvait pas entendre ce qu'ils se disaient. Faites que cet imbécile ne pose pas trop de questions à Chul Hei, il a un certain don pour mettre les gens dans des situations délicates et la jeune femme savait de quoi elle parlait quand elle pensait à "situation délicates". Kim Bae est un gros connard, tout le monde le savait dans la famille, autant du côté de la mère que du côté du père. C'est le genre de mec à ne jamais être invité dans une fête mais qui vient quand même, une sorte de parasite.

Ekaterina s'était séparée du coréen tandis que son oncle faisait visiter la demeure à ce dernier. Enfin visiter, le mot est faible. Cet homme est boursoufflé d'importance et ne perd pas une occasion de se vanter ainsi que d'étaler son argent. Dernier téléviseur, divers appareils high-tech dont certains étaient totalement inutiles -exemple concret avec un dérouleur automatique de papier toilette-, des œuvres d'arts un peu partout même les plus moches -tant que ça a une valeur importante, tout est bon à prendre-. La moscovite avait préféré éviter cette épreuve difficile en se mettant à l'écart, c'était un coup à s'énerver et elle n'en avait pas besoin en ce moment, surtout avec ses récents problèmes. Elle avait rejoint une chambre qu'elle utilisait habituellement quand elle rendait visite à son oncle -genre une fois par an- et ouvert en grand sa valise sur son lit pour se préparant à ranger ses affaires. Tout en faisant des allés et retours entre la valise et le dressing, Kat s'interrogeait. L'oncle avait-il fait préparer une chambre pour son pseudo-fiancé ? Étrangement elle en doutait. Elle n'avait pas de plan de bataille prévu pour ces deux jours, ils devraient improviser. Comme l'avait dit le coréen il y a quelques minutes, dans la voiture, dormir dans la même chambre serait plus crédible aux yeux des deux adultes, il avait aussi stipulé que ça ne le gênerait pas que ce soit ainsi. La pluie mêlée au vent tambourinait contre les fenêtres, le ciel était devenu très sombre. Y aura-t-il de l'orage ? Prions pour le contraire, Ekaterina a une sainte horreur des orages. La charmante jeune femme s'affala sur son lit, les yeux rivés vers le plafond immaculé. Quelqu'un vint toquer à la porte. Elle n'eut même pas le temps de répondre, la personne pénétra dans la pièce. « Alors ? Comment c'était ? ».
Revenir en haut Aller en bas
 

come with me, I want to change my mind {Pv. Chulhei}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: i want nobody but you, you. :: archives time. :: anciens rps-