‘ baby i got a plan runaway fast as you can.’ - Page 2



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 ‘ baby i got a plan runaway fast as you can.’

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



Zeng Liang
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 109
Ϟ live in seoul since : 02/04/2012


MessageSujet: Re: ‘ baby i got a plan runaway fast as you can.’    Jeu 7 Juin - 13:25

Jusqu’à présent, Liang ne s’était jamais estimé heureux de quoi que ce soit. Il appréciait sa vie, ou du moins, l’acceptait et ne demandait rien de plus. Il pensait qu’il valait mieux être seul, qu’on s’en sortait mieux ainsi, qu’on risquait moins d’avoir des soucis. Ce que le chinois ignorait pourtant, c’était que cette solitude ne lui avait jamais convenu. Il la choisissait et la préférait aux autres parce qu’il la connaissait par cœur. Aucune chance donc d’être déçu ou blessé. Seulement, un homme ne peut pas vivre éternellement seul. On a besoin des autres pour avancer et grandir. Liang depuis quelques années ne changeait plus, il restait le même, autrement dit un mec froid et sans limite. Il refoulait ses désirs les plus profonds, les réprimait avec violence. Il se refusait de chercher de l’aide. Il s’interdisait de trop s’attacher, alors qu’il n’attendait que ça. Son âme cherchait avec toute la patience du monde celui qui voudrait bien de lui tel qu’il est, celui qui saurait le comprendre ou qui ferait tout pour, et enfin, il l’avait trouvé. Cette personne, c’était Liam. Depuis le début, tout semblait avoir été écrit. Leur histoire ne faisait commencé. Elle n’allait pas être des plus simples. Elle commençait même plutôt mal, mais l’important était que Liang s’ouvrait. Il se dévoilait à quelqu’un pour la toute première fois. Il ne pouvait qu’aller de mieux en mieux grâce au coréen. Liam lui remplit le cœur. Il le gonfle. Il détruit sa carapace. Liang n’est plus seul désormais. Inconsciemment, il avait toujours voulu de Liam dans sa vie. À cause de ce quelque chose en plus d’inexplicable qui le caractérisait. D’où la clé de l’appartement, d’où la crainte de le décevoir, d’où le désir d’être meilleur pour lui. Tout ça avait mené jusqu’à la réponse à toutes ses questions, celles qui l’avaient rendu malade. Liam, plus qu’un bon coup, était son coup préféré de tous. Il lui offrait plus que du sexe, de l’amour et Liang n’y sera pas resté insensible bien longtemps. C’est parce que les sentiments du coréen paraissaient si forts qu’ils l’avaient touché en plein cœur. Grâce à lui, il goûtait à quelque chose de nouveau. Tout s’était fait en douceur. D’abord un peu, puis un peu plus, puis beaucoup. Jusqu’à ce qu’il se mette à adorer tout ça. Liam l’avait ramolli, l’avait rendu tendre, mais surtout amoureux. Liang craignait ce qu’il ressentait, car il n’avait jamais rien connu de tel. Bizarrement, il ne doutait pas. Il savait qu’il aimait le coréen. Parce qu’il ne le considérait pas juste comme un sex friend, un simple ami, ou son meilleur ami. C’était différent, et dans ce cas là, on parle d’amour. On parle d’amour aussi parce qu’on a le cœur qui bat, et qu’une sensation de plénitude nous envahit. Liang ressentait tout ça dans les bras de Liam. Puis c’était tout naturellement qu’il lui avait dit je t’aime, comme si cela était apparu comme une évidence pour lui. Alors oui, difficile à croire, mais Zheng Liang aimait Kim Liam. Il l’aimait un peu plus à chaque seconde. La glace qui entourait son cœur fondait doucement, et peut être que bientôt, il pourra s’offrir entièrement à lui, et lui décrochait la lune. Mais chaque chose en son temps, pour le moment, il était déjà suffisamment heureux et encore un peu peureux face à tout ce qui se passait. Quel chanceux qu’un homme comme Liam soit accroc à lui. Il ne voyait pas ce qu’il pouvait demander de plus. D’ailleurs, si dans un sens il avait gagné leur stupide pari, il ne savait pas ce qu’il pouvait réclamer de plus alors qu‘avant il n‘aurait pas hésité à faire un petit caprice. Il aurait trouvé l’occasion trop belle.

D’ailleurs, elle l’était. En bon mec fantaisiste, une idée lui traversa rapidement l’esprit. Plus qu’un éclair de génie, cela tournait au fantasme pur. Il n’y avait pourtant jamais réellement pensé jusque là. Cela l’avait effleuré de temps en temps, mais sans qu’il ne s’attarde trop dessus. Il faut dire aussi que Liam ne lui laissait pas l’occasion d’entreprendre ce genre de chose ou même d’y songer. Et puis surtout, Liang prenait bien trop son pied en étant le dominé. Un plaisir tel qu’il se trouvait rarement totalement rassasier, et en redemandait presque toujours. Liam venait donc de lui tendre une perche. Une occasion en or de réaliser un de ses grands désirs. Il n’allait pas la laisser lui filer sous le nez. Il comptait bien tout mettre en œuvre pour que Liam accepte et puis, il ne le croyait pas réellement capable de lui refuser quelque chose. Mais en l’entendant pouffer de rire, il eut quelques doutes. Soit. Il escalada son amant, et prit la place qui était la sienne sur son bassin. Il jouait pour l’appâter. Sauf que le plus jeune continuait à se moquer de lui, ce qui le fit froncer les sourcils légèrement agacé. Que croyait-il ? Qu’il plaisantait ou quelque chose comme ça ? Il était sérieux, vraiment sérieux. Bon d’accord, la partie ‘tu ne pourras plus marcher’ c’était de la provocation. Mais le fond était là. Liam riait aux éclats malgré tout. Liang croisa donc les bras sur sa poitrine, signe de son mécontentement. Agacé, il boudait ou plutôt il allait bouder si Liam ne s’arrêtait pas tout de suite. « Juste ça ? » Le chinois ouvrit la bouche prêt à répliquer mais en moins d’une seconde, il se retrouva le dos contre le matelas, Liam au-dessus de lui. Qu’est-ce qu’il faisait encore ? Ah, ah d’accord. Liang dût se mordre la langue pour ne pas laisser échapper un gémissement au premier mouvement de son amant. Rien que ça suffit à électriser tout son corps. Il glissa ses mains dans sa nuque qu’il caressait du bout de ses doigts, alors qu’à chaque seconde il sentait son bas-ventre s’éveillait un peu plus. La chaleur qu’il ressentait à ce niveau là se diffusait lentement dans le reste de son corps. Ses soupirs se transformèrent en de légers sons plus aiguës qu’il tentait de retenir. Et regarder les moues de Liam n’arrangeait rien. Cela lui donnait encore plus envie. Comment pouvait-il le vouloir encore ? Alors qu’il s’était dit épuisé en début de soirée ? Alors qu’il se sentait réellement fatigué ? Ce mec, pire qu’une drogue, pire qu’un pêché. « Un jour, dis-tu ? Et si je te proposais de le faire ce soir ? » Voilà une proposition qu’il n’aurait pas à faire deux fois. Comme réponse, le chinois passa le bout de sa langue sur les lèvres de son cadet, ses mains encadrant son visage pour le garder proche du sien. « Ne me dis pas non. » Un sourire passa sur le visage d’ange de Liang avant qu’il ne s’empare des lèvres de son amant pour l’entrainer dans un nouveau baiser. D’abord lent, pour profiter de la douceur de ses lèvres. Puis très vite, lorsque leurs langues se mêlèrent à la danse, la fougue les embrasa. Le plus vieux sentait la chaleur de son bassin bien éveillé faire battre son cœur de plus en plus vite. L’excitation prenait le contrôle de son corps qui cherchait le moindre contact avec celui de Liam. Ses mains descendirent sur ses épaules, dans son dos, jusque tout en bas, et il les glissa sous son boxer. « Je vais te faire hurler de plaisir. » Chuchota-t-il contre ses lèvres, avant de le pousser pour rouler sur le côté et inverser une nouvelle fois les positions. Ils reprirent leur baiser aussitôt, et Liang continua encore à frotter son bassin contre le sien. Parfois, il mordillait la lèvre inférieur du coréen, ou donnait un coup de langue. Sa main gauche jouait avec l’élastique de son boxer, et glissait parfois un peu plus bas, griffant son fessier. Liang ne voulait pas le prendre juste comme ça, sans la moindre préparation. Principalement pour ne pas lui faire mal, mais aussi parce que Liam n’était pas n’importe qui. Il méritait toute son attention. Il souhaitait le faire décoller de la même manière qu’il le faisait. Liang avait envie de lui faire l’amour, et non de le baiser vulgairement. Ce n’est pas son but, ce n’est pas un mec parmi tant d’autres. C’est son Liam.

Ses lèvres se perdaient sur la peau de son torse, elles s’attaquent à chaque millimètre qui leur était offert. Il la pinçait parfois, la mordait d’autre. Et sa langue se joignait souvent à cette torture. Liang remontait souvent pour lui voler un baiser, puis il reprenait son exploration. Il connaissait ce corps par cœur, savait même à quel endroit Liam réagissait le plus en dehors de son cou. Il se redressa sur ses genoux pour pouvoir retirer le sous-vêtement du plus jeune. Il l’envoya valser à l’autre bout de la pièce avant de se lever. Debout sur le lit, il retira également le sien qui subit le même sort, et revint ensuite se coller à Liam, leurs virilités se rencontrant ainsi. Il étouffa un soupir en collant sa bouche contre la sienne, et son visage redescendit beaucoup plus bas. Sa langue contourna son nombril, s’attaqua à ses cuisses, au creux qu’il y avait de chaque côté de son sexe sans jamais l’effleurer. Il s’amusait avec lui, le mettait à bout de nerfs. Il griffait ses cuisses. Enfin, il passa sa langue tout le long de son membre, embrassa dans le prolongement son bas-ventre, puis redescendit plus bas, serra ses lèvres autour, et commença des vas-et-viens. Une torture lente. Il relevait quelques fois les yeux pour admirer les traits de Liam se crisper. Qu’il était beau comme ça. Il était beau tout le temps. Magnifique même. Il s’arrêta pour revenir à ses lèvres et l’embrasser avec une extrême douceur, tout en usant habilement de sa langue pour caresser la sienne. Un dernier bisou, puis il se pencha au-dessus de lui pour atteindre sa table de chevet. Il en ouvrit le tiroir, et fouilla à la recherche non pas d’un préservatif mais d’un tube de lubrifiant. Si lui pouvait aisément s’en passer -à condition d’avoir un partenaire attentionné -, quelque chose lui disait que pour Liam la chose se passerait bien mieux ainsi. Il laissa donc cette substance grasse se poser sur ses doigts qu’il approcha de l’entrée de Liam. Il recommença aussi à l’embrasser au moment où il força celle-ci avec son index, suivi d’un deuxième doigt. Liang avait normalement du mal à s’attarder sur ce genre de préliminaires, d’abord parce qu’il appréciait passer rapidement aux choses sérieuses, ensuite parce qu’il se fichait général du plaisir que pouvait prendre son partenaire. Tout ce qui comptait, c’était lui et lui seul. Mais pas ce soir, ce soir il fallait que Liam touche les étoiles, y perde la tête, devienne fou. Ses lèvres partirent s’attaquer à son cou qu’il lécha et mordilla, il remontait même jusqu’à son oreille, titillant son lobe. « Prêt mon amour ? » Encore ce surnom, juste pour que ça lui fasse plaisir, parce que la vérité c’est qu’il trouve que ça sonne mal dans sa bouche. Il retire ses doigts, les essuie sur les draps, et colle son bassin contre le sien. Il l’embrassa une dernière fois du bout des lèvres avant de s’introduire en lui, lentement, doucement. Il ferma les yeux, savourant ce moment. C’était si étroit. Peu d’hommes étaient passé par là apparemment. Il se pencha pour laisser échapper les premiers sons de son plaisir au creux de son oreille et pendant un moment il ne bougea pas. Il laissa à Liam le temps de se faire à cette présence étrangère. « Je t’aime. » Souffla-t-il. C’était sorti tout seul. Vraiment tout seul. Ça le surprit lui-même, mais il sourit quand même avant de lui voler un autre baiser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Kim Liam
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 57
Ϟ live in seoul since : 01/04/2012


MessageSujet: Re: ‘ baby i got a plan runaway fast as you can.’    Mer 13 Juin - 10:22

Lui qui ne se droguait plus, avait l'impression de retomber dans ce cercle vicieux. Il avait l'impression de planer sur son nuage, de vivre quelque chose de merveilleux, de simple, mais de tellement beau. Il se sentait vivre pour la première fois de sa sale vie fade, comme s'il venait d'être mis au monde. Ce tout plein de nouvelles sensations, cette lumière, son cœur qui s'agitait. Avec le chinois, c'était souvent comme ça. Mais maintenant, maintenant qu'ils arrivaient à s'aimer, il était plein. A bloc. Il vivait plein de choses, des tonnes de choses et ça à une vitesse éclaire. Sa peau contre la sienne. Sa main dans la sienne qu'il tenait assez fort pour ne pas qu'il lui échappe. Il ne voulait plus le perdre, pas encore une fois, ça serait beaucoup trop douloureux, il sait qu'il pourrait retomber dans cette minable dépression, parce que ce qu'il avait vécu pendant deux ans pouvait se nommer comme ça. Un agréable silence dans la pièce. Un silence qui se laisse peu à peu briser par de doux soupir de plaisir. Les yeux de Liam s'étaient mariés avec l'obscurité, il s'y était habitué et pouvait apercevoir chaque traits du visage du garçon. Sa nouvelle vie lui plaisait, ce moment lui plaisait et il voulait le vivre avec tous les inconvénients qui lui courrait derrière. Il était prêt, il n'aurait pas peur – même si c'était le cas – aujourd'hui, pour la première fois de toute sa vie, Liam avait envie d'être plus qu'un fils à maman qui le revendique auprès du monde entier. Il voulait être un homme. Avoir des responsabilités, se dire indépendant et pouvoir venir au besoin de la personne qu'il aime, la soutenir et aussi pouvoir la réconforter. Être là pour lui. Oui, voilà. Il avait envie de changer et d'être un homme meilleur. Juste pour lui. Pour cet homme plein de défauts. Comme s'il se sentait sale à côté de lui. Il serait tenir cette relation, il serait changer Liang aussi, lentement mais il essayerait du mieux qu'il peut. Qu'es qu'il pouvait le rendre malade cet amour, cet homme. Tout ça ne lui ressemblait pas, il n'arrivait pas à se reconnaître. Mais il arrivera à s'y faire comme toujours. L'amour était sa nouvelle drogue. Qu'il était agréable de se sentir aimer en retour. Il avait attendu et finalement cette attente avait bien payée. Regardez-le, tout contre lui à sourire comme un sombre crétin. Il n'aurait jamais pensé qu'un jour l'histoire qu'ils avaient écrit ensemble pourrait se terminer de cette façon. Jamais. Ils étaient bien trop différents et même si Liam avait quelque peu espérait que le regard de Liang s'attarde un peu plus sur lui, il ne s'attendait pas à grand chose. Il ne s'attendait pas à ce qu'il prenne autant de plaisir avec lui, qu'il lui dise les mots magiques. La guerre avait cessée entre eux. La guerre pour Liam avait cessé depuis longtemps il faut dire, il avait fini par devenir l'otage du plus âgé et se laissait marcher dessus. Aujourd'hui, ils avaient fait la paix. L'enfer été terminé, ils pouvaient enfin respirer. Liam ne voyait pas son avenir très rose, il le voyait nébuleux, pour la première fois. Une sensation qui ne lui déplaisait pas vraiment, il ne pouvait s'attendre à rien. Un gémissement. Mais vraiment à rien de sa part, mais cette sensation le prenait petit à petit, ce stresse, il finissait par adorer cette adrénaline et il ne voulait pas s'en détacher si vite. J'ai tellement besoin de toi. Tellement. Il espérait être à la hauteur. Il espérait que cette peine s'en aille elle aussi. Ça n'est pas facile de se dire que son compagnon est un acteur de film pornographique gay. Il ferma les yeux un instant puis il rouvrit. Aisément installé sur le bassin du chinois. Son regard dans le sien, il passa sa main dans ses cheveux et roula des hanches sur lui. Il en y a en tellement d'autres, toujours d'autres, il y en aura encore d'autres. Il marqua une légère pression sur son torse. Ses doigts s'aventurèrent sur la nuque du coréen lorsqu'il s'approcha un peu de son corps, griffant toujours de ses ongles courts son torse. Des tonnes de frissons parcoururent son échine. Leurs soupirs se mêlaient tout comme leurs envies. Liam gémit, il ne s'arrêtait plus, ses lèvres se perdirent dans son cou qu'il baisa du bout des lèvres. Il en avait envie de tout de suite. Il l'avait provoqué, maintenant qu'il termine le boulot. Il ne pouvait pas attendre ce fameux jour où il se décidera de le prendre, qu'il le fasse aujourd'hui. Un coup de langue sur sa bouche. Pour se moquer de lui, il reprit sa réplique et sourit lorsqu'il l'embrassa, ses mains chaudes sur ses joues. Il se délectait de ses lèvres. Il adorait sa manière d'embrasser, c'était exaltant. Ses mains remontèrent et s'attachèrent à ses épaules. Leurs langues dansaient, Liam avait l'impression de perdre pied. Des petits soupirs s’échappèrent de sa bouche. Il eu un léger sursaut en sentant les mains du garçon sur ses fesses, séparant sa bouche de la sienne. « Je vais te faire hurler de plaisir. » Il espérait bien qu'il ne lui mente pas. Liam ne le lâcha pas du regard, ses mains attachées aux épaules de son amant. Il ouvrit la bouche comme pour prendre la parole, mais il n'eut pas le temps d'en placer une, Liang ayant déjà reprit le dessus. Un son d'agacement sortit d'entre sa bouche, cette moue mécontente sur le visage, qui s’effaça rapidement lorsque leurs lèvres se rejoignirent. Il avait à peine recommencer à reprendre son souffle, qu'il le coupait une nouvelle fois. Son cœur battait fortement dans sa poitrine. Son cœur battant toujours à quatre-vingt battement par millisecondes, microsecondes, nanosecondes, il se sentait mourir sous cette passion brûlante pour le garçon qui lui faisait face. Sa main se perdit dans ses cheveux. Il flippait tout de même un peu. L'envie était là, ça n'était pas le soucis. Mais ça faisait tellement longtemps, tellement longtemps qu'il ne s'était pas « ouvert » à un homme. Pourtant il n'émit aucun signal d'alarme, aucune hésitation, l'envie avait comme prit le dessus. Qu'es qu'il aimait être dans ses bras, profiter de sa chaleur. Le fait qu'il soit si tendre. Il avait l'impression qu'il ne craignait plus rien à présent, que tout irait bien.

La chaleur augmentée, Liam sentait cette masse d'air chaud et humide lui tomber sur la face. Il adorait cette sensation. Il avait beau manquer de souffle, il sentait le besoin d'être constamment contre ses lèvres. Il manquait tellement d'air, qu'il se mettait à soupirer bruyamment. Le baiser prit doucement fin, Liam releva légèrement, pour attraper de justesse la lèvre inférieure de son compagnon, un rictus sur les lèvres. Il dû ensuite baisser les yeux pour admirer la torture qu'il lui faisait subir, de simples baisers arrivaient à le mettre dans un état de transe totale. Il soufflait, soupirait aiguë, se mordant les doigts pour ne pas gémir trop fort. Les voisins ne supporteraient pas bien longtemps si ça continuait comme ça. Devraient-ils changer d'endroit la prochaine fois ? Pourquoi pas chez Liam ? Oh oui, il aimerait tellement qu'ils bénissent à leur façon son appartement. Il ferma les yeux lorsqu'il lui pinça la peau et bascula légèrement la tête en arrière. Encore une fois il se voyait séparé de son boxer. Combien de fois s'en sépara-t-il pendant ce séjour sous son toit ? Ils ne restaient jamais bien longtemps habillés de toute façon. Il sourit en le voyant faire de même pour le sien, suivant même la trajectoire que le vêtement prit. Magnifique, Liang était magnifique. Il n'y a pas à dire. Il se mordille la lèvre inférieure pour ne pas gémir une nouvelle fois lorsqu'il se colla contre lui. Sa bouche de nouveau contre la sienne, avant qu'il ne parte jouer sur son corps et plus précisément aux côtés de sa virilité. Il n'étouffait plus ses gémissements, il ne retenait plus ses injures même si il les disait à voix basse. Son rythme cardiaque s'accélérait. Il jouait avec lui, comme dans le salon. Le bout de ses ongles sur ses cuisses. Un premier coup de langue sur son sexe et il se mordille brutalement le doigt et émit un son de frustration. Mais c'était tellement agréable. Il gémissait pleinement, se cambrait contre le lit. Aux anges qu'il était. Il finissait par ne plus avoir de voix pour exprimer tout le plaisir qu'il éprouvait, il s'accrochait aux draps, aux cheveux de Liang, il peinait à avaler sa salive. Ses jambes se replièrent lorsque Liang se redressa et se pencha en direction du petit tiroir. Qu'es qu'il cherchait, un préservatif ? Liam se redressa sur ses avant bras, jetant un coup d’œil à la blessure recouverte de pommade. Il afficha un sourire plein, on pouvait apercevoir ses dents, ses magnifiques dents blanches dans le noir, il en rit même un peu. Du lubrifiant. Il se laissa retomber en arrière comme épuisé, fixant le plafond. Il s'en était rendu compte ? Il le sentait tendu ? Liam se le demandait bien, il écarta un peu plus les jambes, sentant le premier doigt au plus profond de lui, il mordille gentiment la lèvre supérieure de son amant émettant un petit gémissement de douleur. C'était bien le premier à le préparer de la sorte. Un second doigt et Liam passa ses bras autour du cou de Liang. La douleur est passagère, ça ne dur qu'un instant. Il les bougea en lui et il avait l'impression que ça glissait tout seul, que ça en serait pas si terrible que ça. Après tout ça n'était pas bien grave. Il y prendrait du plaisir, il le savait. Il agita légèrement la tête lorsqu'il s'attarda sur la peau de son cou, gémissant de plus en plus fort. Pauvres voisins, mais vraiment et le pire est que les choses sérieuses n'avaient pas encore débutés. « Prêt mon amour ? » Liam se figea totalement, qu'il est agréable de l'entendre dire ça. Sa bouche se colla contre sa joue en guise de réponse. Il ne pouvait lui faire que du bien et cette seule pensée arrivait à le rassurer sur les événements qui allaient suivre. Le coréen prolongea le faible baiser en reposant sa bouche sur la sienne comme pour se rassurer pour de bon.

Il gémit plus fort en le sentant se glisser en lui, écartant d'avantage les jambes qu'il passa autour de sa taille. Il souffla fortement, griffant lentement son dos. « Je t’aime. » Si clairement dit, si sincèrement dit. « Je sais. » un sourire victorieux se dessina sur ses lèvres, il avait réussi. Il passa lentement sa langue sur ses lèvres avant qu'il ne l’entraîne dans un nouveau baiser. Il était à lui, rien qu'à lui. Il l'avait tellement désiré et voilà maintenant qu'il lui avouait lui-même qu'il l'aimait. Il en avait tellement rêvé et aujourd'hui son rêve de petit gosse devenait réalité. Il caressa le visage de son amant du bout des doigts. Il l'aimait aussi. Il était même persuadé qu'il l'aimait plus que lui ne pouvait l'aimer. S'il savait ce que Liam serait prêt à faire pour lui. Mais vraiment tout. Il faisait un trait – peut-être pas définitif mais il en restait un – sur sa famille.
Liang se mit à bouger en lui, Liam s'étant habitué à cette présence en lui. Il prenait un plaisir fou. Il venait et allait en lui, doucement, sensuellement, il le faisait bien. Liam gémissait proche de sa bouche, bougeant lui aussi doucement des hanches. Il posait parfois un petit baiser sur sa bouche, puis un autre. Ses gémissements gagnèrent en intensité, il murmurait doucement le prénom du chinois tout contre sa bouche, il lui avouait aussi qu'il l'aimait, il le dit au moins quinze fois d'affilé, mais c'était bel et bien la vérité. « Un peu plus vite...Juste un peu plus vite. » Je t'en prie. avait-il laissé étouffé dans un gémissement, en mordillant la peau de son épaule. Il remonta le bout de sa langue jusqu'à son lobe, toujours très sensuellement, très lentement. Ses mains agrippées à ses cheveux. Le plaisir était étourdissant, aucun homme n'avait réussi à lui faire autant d'effet. Ses mains se posèrent sur ses hanches, l'encourageant à continuer les mouvements s'étant accélérés. Les lèvres de Liam ne se refermaient plus à présent, ses paupières étaient étroitement closes et les gémissements des deux garçons se mêlaient dans la pièce. Liam ne pouvant plus se retenir, entoura son sexe de sa propre main. Il fallait qu'il se soulage un peu. Il n'en pouvait plus. Son regard planté dans le sien, son autre main remonta le long de ses hanches ses doigts caressaient son menton, caressait sa lèvre inférieure. Il adorait sa façon de gémir, de l'aimer. Il adorait lui faire l'amour, il aimait qu'il le fasse lui aussi, il aimait tout de lui. Le coréen ferma un instant les yeux, avalant délicatement sa salive. Il se concentrait pour ne pas venir tout de suite. Il voulait en profiter au maximum, comme si c'était sa dernière nuit vous savez. Chaque instant est important. Lorsqu'il s'agit du chinois c'est toujours important. « Merde ! Retires-toi tout de suite. » articula-t-il difficilement, ses deux mains se retrouvèrent sur le torse chaud de son amant. Un magnifique sourire sur les lèvres, il le repoussa une première fois, puis une deuxième fois plus violemment pour lui montrer qu'il était bien sérieux. Une fois cela de fait, il caressa son visage, posa un baiser sur son front, mais aussi sur ses lèvres. Puis il roula sur lui-même de façon à se retrouver sur le ventre. Il tremblait de désir, son corps entier. Il n'en pouvait plus, mais il en cherchait encore toujours. Il jugeait qu'il n'avait pas assez crié. « Prends-moi comme ça. » Ce qui est amusant dans leur relation, c'est qu'ils s'aiment tendrement, mais le sexe est toujours très brut entre eux. Ou du moins presque toujours.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

‘ baby i got a plan runaway fast as you can.’

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: welcome to seoul, the dreaming city. :: kangnam :: résidences :: appartement de zeng liang-