"La mode se démode, le style jamais." [pv Chul Hei]



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 "La mode se démode, le style jamais." [pv Chul Hei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Choi Owen
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 116
Ϟ live in seoul since : 23/04/2012


MessageSujet: "La mode se démode, le style jamais." [pv Chul Hei]   Dim 6 Mai - 21:07

Le travail. Tout le monde peut en avoir un. Pour la plupart d'entre nous, c'est ce qui nous permet de vivre. Sans cela, nous ne pourrions pas faire face à nos dépenses car grâce à lui, nous faisons ce que nous appelons si bien "gagner notre vie" ou, ce qui serait plus correct dans la majorité des cas "gagner notre pain". Nous en avons presque tous un, certains étant plus manuels que d'autres, d'autres ayant moins de responsabilités que certains. Ils sont tous différents, mais ils peuvent être aussi passionnant les uns que les autres, tout dépend de la passion que l'on y met, de nos goûts mais surtout de nos compétences physiques. Passionnant pour certains, ennuyant pour d'autres. Lorsque l'on est en bas de l'échelle sociale, le choix n'est pas large et il faut parfois lutter pour s'en sortir, faire face à des difficultés que l'on a pas toujours envie de surmonter. Le plus simple étant de l'abandonner au risque de ne pas en trouver un autre à cause d'une image qui peut vous coller à la peau. Dans la société actuelle, on ne pardonne pas le manque de sérieux. Alors on se tait et on encaisse. Moi? Je suis mannequin, vous savez, cette personne qui est au centre d'une réalité crée de toute pièce par des artistes, des photographes et des stylistes. Nous sommes leurs ambassadeurs, notre travail consiste à donner envie aux gens de consommer leur produits. Cela peut sembler être un travail sympathique, mais à force de faux semblant et de caprices d'artistes en tout genre, je m'en suis lacé. Démissionner? J'y ai pensé, mais qui voudrait d'une personne ayant un casier judicière? Du coups, je me tais et j'obéis. On pourrait penser que j'applique la règle "soit belle et tais-toi" or, derrière cette carapace synonyme de consommation se cache un être pensant. Si j'avais eu les moyens financiers, j'aurais fait partie de ces artistes, je me serais exprimé à travers mes oeuvres et surtout j'aurais été mon propre chef. Hélas, je n'étais pas né au bon endroit pour être connu et reconnu pour mon art. J'ai donc décidé pour trouver le temps moins long d'embêter certains de mes collègues de travail à commencer par mon agent à qui je faisais vivre un enfer.

_ Ce soir couche toi tôt, une dure journée t'attend!

Voici les mots qu'il avait prononcé avant que je quitte le travail. Demain serait pour moi une journée importante. En effet, j'avais par le passé signé un contrat avec un magasine de mode masculine, ce dernier me proposant de faire le shooting centrale, une place assez convoité par les mannequins alors comment refuser. Malgré les conseils de mon agent, je sortis au risque de ne pas être en forme le lendemain. Comme tous les jeudis soirs, j'allais en discothèque chasser une jeune étudiante. Une fois ma proie dans mes filets, nous finissions la soirée chez moi, dans mon lit.

Le matin arriva très vite, je n'avais pas assez récupérer de la veille tandis que la jeune femme demandait un peu trop d'attention. J'étais beaucoup trop fatigué pour lui donner ce qu'elle voulait, lui déclarant d'un air solennelle, café en main et trace de poudre blanche sur le nez que je devais aller travailler. Elle devait donc quitter les lieux. Ma mère avait toujours fait attention à mon éducation, elle voulait le meilleur pour moi, que je puisse faire ce qu'elle n'avait jamais réussi à faire, s'élever dans la société. Or, malgré le fait que je connaissais le guide du savoir vivre par coeur, je faisais le contraire. Je la mis donc à la porte après un réveil assez mouvementé. Je finis mon café, dessinant de nouveau une trace de speed pour être sur d'être en forme pour enfin claquer à mon tour la porte de l'appartement. J'avais rendez-vous au studio de photo d'Apgujeong. Je pris donc le métro, le café ainsi que les anphétamines que j'avais ingéré commençaient à faire effet. Mes jambes se mirent à bouger, tapotant du pied. Un parfait inconnu aurait pu croire en me voyant ainsi que mon travail me passionnait, l'excitation étant tel qu'elle se traduisait par de l'impatience.

J'arrivai enfin à destination, là mon agent m'attendait satisfait de me voir à l'heure. Nous entrâmes dans les studios, saluant respectueusement l'équipe technique qui était sur place. Comme un enfant, le sourire aux lèvres je fouinais un peu partout, officiellement, pour me familiariser avec les lieux, officieusement parce que j'avais la sensation d'avoir un trop plein d'énergie et donc le besoin d'être actif. Il était vraiment difficile de me faire tenir en place. Je profitais du retard de certain pour manquer de professionnalisme, sautillant de temps en temps au-dessus des câbles d'alimentation des spots. Soudain, mon manager m'appela pour me prévenir que je devais impérativement rejoindre ma loge pour les essayages suivi de la séance de maquillage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Im Chul Hei
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 61
Ϟ live in seoul since : 07/04/2012


MessageSujet: Re: "La mode se démode, le style jamais." [pv Chul Hei]   Sam 12 Mai - 18:30

Il y a des jours sans et des jours avec. Et aujourd'hui, c'était un jour vraiment sans. En se levant ce matin, son réveil lui affirma qu'il était déjà en retard pour le travail. Son portable sonna pour lui offrir la voix d'un patron plus que mécontent, qui lui sonnait de se dépêcher sous peine de se faire virer. Enfilant les premiers habits qui lui tombaient sous la main, il enfila ses bottes, se coiffa version « je suis potable, ça passera » et sorti de chez lui. Course dans la rue, métro attrapé à la dernière minute, monter des marches en speed, talon gauche qui casse, hurlement de rage, boitements rapide jusqu'à un taxi, léger bouchon, détour par le service de stockage, emprunt d'une paire de talon et enfin il arriva à son bureau. Bien sûr, il était au mauvais endroit, chose qu'on lui rappela de justesse avant que son patron débarque pour le mettre à la porte par la peau du cul. Quand celui-ci débarqua dans la pièce après avoir entendu du bruit, Chul Hei prétexta prendre un document pour la séance d'essayage. L'excuse sembla passer, il enfila sa veste déposée cinq secondes plutôt et repris sa course se maudissant d'avoir osé oublier qu'il devait aller au studio.
Montant dans le taxi qu'il avait hélé, il rageait. Sa journée commençait très mal, mais vraiment très mal. Il ne pouvait pas y avoir pire pour lui que ce genre de début de journée. Si seulement la vielle il n'avait pas été pris dans ce délire incompréhensible. Et son mal de tête n'avait hélas pas totalement disparu. Il était certainement bon pour encore deux jours de maux de têtes affreux. Enfin, il se dit qu'à partir de maintenant, tout devrait bien se passer, qu'il ne pouvait pas y avoir pire qu'un début de journée réalisé sous la mauvaise étoile, mais il avait oublié un certain détail.
Sur place, avec bien quinze minutes de retard, il s'excusa et salua le personnel avec qui il avait l'habitude de travailler. Son oeil se balada dans la pièce, il ne voyait pas de mannequin dans les parages. Attrapant un technicien au passage il l'interrogea. On lui indiqua que la personne qu'il cherchait était déjà partit dans la loge pour faire les essayages. Il était vraiment en retard. Soupirant, il remercia le jeune homme et s'en alla vers la loge où l'attendait une surprise de taille et un violant rappelle et cauchemar. Ouvrant la porte de la pièce, il prit soin de s'excuser pour son retard. Il semblait qu'il soit abonné au courbette ce matin. Mais quand il relava la tête, c'est une grimace qui s'afficha sur son visage avec un léger mouvement de recul. Comment avait-il pu oublier qu'il devait travailler avec lui aujourd'hui !? Bordel, non en faite il y avait pire que de se réveiller en retard, casser son talon de chaussure et aller au mauvais endroit. Oublier que l'on travaille avec un mannequin qui est notre pire cauchemar ambulant. Des sueurs froides lui parcouraient la moindre parcelle de son corps, il savait que sa journée aller être une horreur et il se demandait bien quelle mauvaise surprise lui avait réservé le mannequin. « _Bon, je vois que vous avez déjà commencé sans moi, vous avez bien fait. Y a-t-il déjà des problèmes avec les tailles des vêtements ? » Reprenant son sang froid il rentra dans la pièce, ferma la porte et se dirigea vers le styliste pour quérir tous les éventuels problème et en profita pour jeter un coup d'oeil aux vêtements et accessoires. Il fut d'ailleurs heureux de l'avoir fait, il échapperait à une mort certaine et surtout à une mort de styliste. « _Qui s'est occupé de rassemblait les accessoires ?! On avait dit la ceinture numéro 4 pas la sept ! Et on avait dit le foulard léopard pas le foulard savane ! Qui est incompétent ?! Toi là ! File chercher les bons exemplaires, tu nous éviteras peut-être de tous finir en bouilli sous les chaussures cirées Dolce & Gabbana du directeur en chef de la branche coréenne d'Homme Officiel ! » Il poussa un long soupir de désespoir. Décidément, aujourd'hui rien ne semblait vouloir aller correctement et qui sait ce que lui réservait Owen pour empirer le tout. Entre hier et aujourd'hui, qu'avait-il fait de mal pour mériter ça ? Nan mais sérieusement, là sa bonne étoile devait vraiment être fâchée contre lui pour lui offrir un horrible soirée et une très mauvaise journée. Prenant son courage à demain il se retourna, après avoir envoyé une pauvre assistante chercher les bons accessoires, vers le mannequin La chemise qu'il portait était légèrement large au niveau des épaules. Il allait falloir la retoucher, sinon le patron refuserait les photos. « _Owen, retire la chemise, elle est trop large aux épaules, il faut la faire retoucher immédiatement. » Il lui lança au passage un regard noir, lui signifiant qu'il n'avait pas intérêt à en profiter. D'ailleurs Chul Hei se dépêcha de se retourner, prétextant vérifier une nouvelle fois les accessoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"La mode se démode, le style jamais." [pv Chul Hei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: i want nobody but you, you. :: archives time. :: anciens rps-