« C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 « C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Jang Woo Bin
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 50
Ϟ live in seoul since : 05/05/2012


MessageSujet: « C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »   Dim 6 Mai - 22:09

Un soupire s'échappa de ses lèvres avec exaspération et il jeta un énième regard à sa montre...tapotant nerveusement du pied sur le planchet. Le jeune styliste arborait un regard si froid et si orgueilleux que personne n'osait lui adresser la parole ni même coiser son regard...comme si ils étaient déjà tous au courant du caractère impulsif de leur supérieur. En effet, lorsque Woo Bin était mécontent il était preferable de ne pas le froisser. Pour dire vrai c'était quelqu'un d'une patience très limitée et ce qu'il detestait le plus était certainement les gens en retard : comme ce nouveau mannequin qui aurait dû arriver il y a vingt minutes déjà. Woo Bin ne put s'empêcher de se racler la gorge, montrant une fois de plus son impatience.Les sourcils froncés et les bras croisés il regardait les photographes, maquilleuses et coiffeuses s'agiter sous ses yeux. Son visage était de marbre et rien ne pouvait l'amuser à cet instant précis, tout ce qui le divertisait un peu était de balancer des piques à ses employés pour passer ses nerfs.

Si ca continuait comme ça ses mains finiraient par broyer le contrat de cette nouvelle agence de mannequinat. De plus, Woo Bin se fichait complètement de changer de boite ou de mannequin, tout ce qu'il voulait s'était avoir un rendu parfait et des collègues pertinents et rigoureux aux horaires de travail. Son sourire en coin se forma sur ses lèvres lorsque la porte claqua et un jeune-homme apparut, accompagné de la secrétaire. Woo Bin prit le temps de le balayer du regard tout en grimacant de dégoût. C'était qui ce mec dégueulasse au juste? Il paraissait assez négligé et je m'en foutiste à en voir l'air qu'il arborait. Le jeune-homme finit par décroiser les bras et pointer son doigt vers lui en haussant un sourcil avec aversion.

"C'est toi Choi Owen?!"

Le contrat pendait au bout de ses doigts et il haussa les épaules alors que quelques employés s'étaient regroupés autour d'eux par curiosité. Woo Bin claqua alors des doigts tout en claquant de la langue sur son palet : signe d'agacement.

"Yah! C'est pas un rassemblement ici! Retournez bosser, on est déjà assez en retard comme ça!"

Son regard mesquin et son ton colérique les avaient fait sursauter alors ils exécutèrent ses ordres avec précipitation. Quant au styliste il s'approcha de son soit disant mannequin et plissa les yeux pour voir ce qu'il avait de spécial. Il fit une moue avant de poser sa main sur son épaule, de grimacer en apercevant sur quoi il l'avait déposé et de finalement la retirer.

"Tu ferais mieux de les suivre, déjà que t'es pas à l'heure et...je deteste que mes employés soient en retards, il se mordit légèrement la lèvre inférieur d'irritation, ah et aussi...j'espère juste que t'as pas eu le temps de t'habiller ce matin...enfin, évite ce genre de tenue froissée on est pas à l'épicerie du coin ici."

Il toussota en grimacant un peu, il n'avait pas vraiment le temps d'en rajouter. Espérant qu'il serait au moins efficace et respectueux sinon ça l'agacerait au plus haut point. Qui lui avait fait signer un contrat avec un étudiant aussi crasseux au juste? C'était sûrement mal le connaître puisque Woo Bin était le styliste le plus pointilleux et maniaque qui puisse exister.


Is romance dead?

Women are just a simple way to have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Choi Owen
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 116
Ϟ live in seoul since : 23/04/2012


MessageSujet: Re: « C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »   Mer 9 Mai - 21:41

Ce matin en me réveillant, la première chose que je me suis dit était "Aie! Ma tête!" en effet, j'avais le cerveau plein de reste de substances ingurgitées la veille. Je pris ma tête entre mes mains comme si ces dernières avaient le pouvoir de me guérir. Autour de moi, il faisait froid, je n'avais pas encore réalisé où j'étais. Ma prise de conscience fut d'ailleurs assez violente. Je regardais autour de moi, et je compris pourquoi j'avais froid, j'étais en réalité dans une petite ruelle, couché sur des sacs poubelles. Je me levai rapidement, regardant alors autour de moi, essayant de me rappeler des brides de la soirée d'hier. "Mais où suis-je?" me demandai-je alors dans mon moi intérieur. Je n'avais aucun repère, les petites ruelles comme celles-ci se ressemblaient toutes et le fait que j'étais complètement ensuqué ne m'aidait pas du tout. Je marchais d'un pas maladroit en manquant de tomber par terre, regagnant alors une rue. Le soleil était presque à son zénith, je levais les yeux vers lui, le regardant me protégeant tout de même les yeux à l'aide de mes mains. Ses rayons sur mon visage me faisaient du bien, idéale pour me réchauffer après une nuit passé couché sur un tas d'ordures. Soudain, une personne me bouscula par inadvertance. Elle me fit malgré elle redescendre de mon petit nuage. Nos regards se croisèrent alors, elle semblait dégoutée, comme si elle avait percuté un clochard. Je regardais autour de moi et tous les gens que je croisais me regardaient de cette façon. Qu'avais-je dont fait pour susciter cette réaction? Je baissais la tête, regardant l'état de ma tenue. Mon t-shirt blanc était taché, mon jeans un peu plus troué que la veille, de vieilles chaussures en cuir usées par le temps et mon blouson, je me serais croisé, je pense que je me serai également pris pour un clochard.

Je sortis mon téléphone de ma poche pour regarder l'heure, il était déjà tard, onze heure et quart, et j'avais cinq appels en absence. Qui cela pouvait bien être. Je consultai ma messagerie quand j'entendis la vois stridente de mon manager. Je n'étais pas à l'heure, c'est vrai, j'avais complètement oublié qu'aujourd'hui était un jour important! L'agence m'avait recommandé à un jeune styliste, j'avais pu lire son dossier et feuilleter sa collection de la saison précédente. Mon manager m'avait mis en garde que cette personne était un maniaque psychorigide et qu'il fallait que mon travail soit impeccable. J'avais accepté et donc signé le contrat, mais jamais il y était stipulé que je devais être ponctuel et donc arrivé à l'heure. J'utiliserai surement cet argument qui, admettons le, ne tenais pas la route, face à mon agent. Dans cette tenue, je ne pouvais pas appeler un taxi, demander mon chemin à un passant était la meilleure solution, or dès que je m'approchais de l'un d'eux, ils semblaient me fuir. J'avais perdu mes repères et il fallait impérativement que j'arrive au plus vite au studio. Je réussis tout de même à attraper le bras d'une jeune étudiante. Elle présentait bien et semblait venir d'une bonne famille. Je lui demandais mon chemin, elle n'eut pas d'autres choix que de me répondre si elle voulait que je la lache. Elle m'expliqua que j'étais déjà à apgujeong. Je la remerciai, regardant une nouvelle fois autour de moi. Ce quartier était le plus huppé de la ville, on pouvait le remarquer rien qu'en regardant les passants.

En peu de temps, je réussis à me repérer et trouver le studio où j'étais attendu. Je pénétrai dans les lieux, m'identifiant à l'entrée. La secrétaire paniquée m'attendait, paniqué. Elle me déshabilla du regard comme si ma tenue n'était pas correcte. C'est pas comme si je devais venir bien présenté vu qu'une maquilleuse, une coiffeuse et une habilleuse m'aiderait à m'arranger. Et puis, ça ne lui été jamais arrivé de ne pas avoir le temps de rentrer chez elle pour prendre une douche, ce n'était pas si grave que cela. Nous prîmes l'ascenseur jusqu'au dixième étage. Elle me fit signe que nous étions arrivés. Là, un grand brun, droit comme un "i" attendait. Il semblait être en colère. Je reconnu le visage de Jang Woo Bin, le styliste. On dit souvent que la première impression n'est jamais la bonne, or mon agent m'avait déjà prévenu et son attitude confirma ce qu'il m'avait dit. En plus d'être maniaque, il semblait être une personne arrogante, coincé et superficiel. Son attitude face à ces employés en disait long, seul un fils à papa aurait claqué des doigts pour qu'on exécute ses désirs. Aujourd'hui, l'ambiance du shooting allait être joyeuse. Et c'était quoi ce sourire en coin et ce regard de dégoût, s'il ne voulait pas de moi, il n'avait cas pas m'avoir proposé un contrat. Je le regardais de façon insistante, le menton levé signe de fierté mais également pour lui montrer que malgré ses grands aires, il ne m'intimidait pas le moins du monde. Il posa sa main sur mon épaule, m'examinant du regard. Il semblait dégouté de ma personne. Il m'ordonna de suivre les employés qui s'étaient pressés derrière lui pour satisfaire leur curiosité mal placé. Avant de m'exécuter, je laissai échapper un petit "hum" suivit d'un sourire en coin plein d'arrogance qui disait plus long que mille discours.

_ Sauf votre respect, si vous aviez mieux fait votre travail, vous n'auriez pas eu a me demander mon nom Monsieur Jang Woo Bin.

Dis-je en prenant soin de bien écorcher son nom. Je ne supportais pas qu'un fils à papa me prenne de haut, qu'il soit mon patron ou non, il n'avait pas à être aussi irrespectueux. Et malgré mon retard et le temps que j'avais fait perdre à l'équipe, je continuai de lui répondre pour lui prouver que je ne me laisserai pas faire.

_ Et alors? Ce ne sont pas mes vêtements qui seront en couverture de Vogue à ce que je sache.

J'aurais pu me faire virer pour avoir été aussi arrogant avec le styliste. Mais avant même qu'il puisse me répondre, j'avais déjà rejoins l'équipe. Par chance, ce studio était équipé d'une salle de bain avec une cabine de douche. J'en profitais pour m'y rendre, une fois la douche terminée, je m'installais sur une chaise, où la maquilleuse ainsi que la coiffeuse commencèrent leur travail. Je restais silencieux et docile. Même si Jang Woo Bin me sortait par les yeux, je ne voulais pas que cela affecte ma réputation. Je devais alors lui montrer de quoi j'étais capable devant un objectif, mais également que malgré mon retard, j'étais une personne qui ne se laissais pas distraire facilement une fois plongé dans mon travail.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jang Woo Bin
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 50
Ϟ live in seoul since : 05/05/2012


MessageSujet: Re: « C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »   Sam 12 Mai - 21:16

Woo Bin avait les sourcils froncés depuis plus de dix minutes maintenant,à croire que c'était naturel chez lui...et il tapottait nerveusement des doigts sur le portique qui le separait du photographe...attendant impatiemment l'arrivée du jeune mannequin. Il avait l'air nerveux parce que cette vermine avait osé lui répondre et il detestait ce genre d'insolence venant d'un moins que rien. Il aimait bien avoir le dernier mot donc forcément...si on ne lui laissait même pas le temps de rétorquer ça l'enervait. Il s'était cependant jurer de garder son sang froid pour le bien fait des choses, c'était une de ses résolutions après son retour en Corée...faire preuve d'un peu plus de tolérance. Ca ne serait pas chose facile étant donné le caractère assez fort du styliste. Un caractère très spécial et sûrement courant dans le monde de la mode...tout le monde se vante de ses créations et se croit meilleur que l'autre, c'est comme ça.

Toujours aussi impatient et agacé il poussa un employé à aller les chercher, le temps passait vite l'air de rien et Woo Bin détestait être pressé par le temps. Il soupira une dernière fois avant d'apercevoir les maquilleuses, coiffeuses etc...accompagnées du mannequin du jour donc. Ils étaient desormais face à face et Woo Bin jeta un coup d'oeil au travail qui venait d'être accompli en lui tournant autour tout en se caressant la machoire l'air perplexe. D'un geste de la tête il ordonna aux jeunes femmes de s'écarter pour les laisser passer et en posant un doigt dans le dos du garçon il le dirigea vers le photographe.

"Voyons voir comment tu t'en sors face à un appareil photo!"

Il sourit légèrement en coin et lui fit signe de commencer le photoshoot mais lorsque le premier flash apparut, le styliste ne put s'empêcher de se précipiter vers lui en ralant déjà entre ses dents et en faisant des grands gestes pour dire "stop stop stop temps mort"

"Avoir une peau de bête sur le dos ne t'arrange pas on dirait! Le concept doit être sauvage, provocant...et là on dirait que tu viens de perdre un proche!! " Il lâcha un "aish" pour finir sa phrase avant de se retourner pour aller s'asseoir sur une chaise à côté du photographe. Il croisa les bras, souriant mesquinement au nez du plus jeune.

Il ricana et se concentra sur ce qui se passait en face de lui. Cette journée de travail allait sûrement être des plus fatiguantes mais également assez amusantes. Si ce garçon croyait que lui répondre en croyant avoir raison lui faisait peur, il avait tord. Woo Bin ne lâcherait pas l'affaire aussi facilement. Les jours sans qu'il ne râle était sûrement des plus ennuyants...enfin, c'était plutôt râre. Quoi qu'il en soit, il n'allait certainement pas lui faciliter la tâche aujourd'hui. Ca avait été son choix de le provoquer et il avait parfaitement réussi...alors, qu'il ne s'attende pas à un pacifisme totale venant d'un styliste aussi egocentrique et mesquin.


Is romance dead?

Women are just a simple way to have fun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« C'est toujours l'impatience de gagner qui fait perdre. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: i want nobody but you, you. :: archives time. :: anciens rps-