I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Johnson Adam
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 42
Ϟ live in seoul since : 17/05/2012


MessageSujet: I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren   Mar 22 Mai - 21:57

"I'm sorry but I think I'll still need your help."
Chang Lauren & Johnson Adam


Perdu. C’est résolument le terme qui convenait le plus pour exprimer la situation dans laquelle le jeune homme qu’il était se trouvait présentement depuis près de deux ans. Lui qui avait eu toutes les raisons de sourire à la vie tant cette dernière semblait être clémente avec lui, avait perdu toutes ses belles illusions. Dire qu’il y a seulement deux ans, il était prédestiné à devenir un nouveau espoir du baseball américain. Il se souvenait encore de ses éloges qu’on n’avait eu de cesse de lui faire depuis sa plus tendre enfance, qui n’étaient plus désormais que des éphémères éclats brisés d’une image si parfaite qui avait été sienne. Il était pleinement en mesure de comprendre le sentiment terriblement cuisant que pouvait ressentir une personne qui avait tout connu, tout gagné et qui finissait par tout mettre. On dit souvent qu’il y a une justice dans ce monde, que chaque acte désobligeant que l’on commet finit toujours par nous retomber dessus, un jour ou l’autre. Mais dans le cas d’Adam, cela restait un mystère dont les raisons lui échappaient totalement même à l’heure actuelle. Il ne comprenait point comment la vie avait elle pu être aussi cruelle pour lui arracher des êtres qu’il avait tant chérit. Quel acte ô inqualifiable avait-il commit pour qu’on lui enlève si facilement celle qu’il avait aimé et ceux qui étaient tous pour lui. O bien entendu, il s’était préparé un jour ou l’autre qu’une nouvelle se présente ainsi à lui. Après tout son père avait toujours été un militaire de carrière, un métier dans lequel s’était également engagé ce grand frère qu’était son modèle mais jamais il s’était attendu à les perdre en même temps, si peu de temps après la perte de celle qu’il avait aimé. Une femme qu’il avait crue assez aimé pour la voir déjà comme une fiancée, une femme potentielle pour le restant de ses jours. Sa perte avait déjà été une épreuve en soi pour lui.

Un défi que la vie semblait lui lancer et qui le laissait pleinement pantois, incapable de dire ou faire quoique ce soit. La culpabilité qu’il ressentait été telle qu’elle ne semblait nullement avoir de fond. Durant tant de mois à la suite de cet accident, il s’était laissé quelque peu mourir tant la douleur lui semblait intolérable. A ce moment là, il aurait tout fait pour entendre les conseils avisés de son frère, sentir son étreinte fraternelle autour de son corps pour lui dire d’agir comme un homme, de garder quoiqu’il en soit la tête haute et de surtout garder espoir. Mais comment pouvait-il garder espoir alors que sa future carrière à cause de cet accident lui avait arraché la vue d’un œil, l’empêchant ô grand jamais de faire ses preuves dans ce sport pour lequel il avait sacrifié son existence tant il avait été passionné par ce dernier ? Comment pouvait-il encore sourire en ayant pleinement conscience que celle qu’il avait aimé avait perdu la vie dans ce foutu accident ? Comment ses proches pouvaient-ils escompter de lui qu’il fasse comme si de rien n’était ? Pourtant c’était ce que les regards de ses derniers n’avaient de cesse de lui intimer, la douceur de leurs actes, de leurs paroles ne faisait que rendre son malaise encore plus profond, présent au fond de son être. Il avait l’impression de suffoquer et quand bien même était-il venu à Seoul, la vie natale de sa chère mère pour reprendre sa vie sur de nouvelles bases, il n’y parvenait pas. Il était comme pieds et poings liés à cette pierre entièrement composées de culpabilité, de tristesse inavouées qui l’entrainait peu à peu vers le fond. Seul, il se complaignait dans sa solitude qui lui donnait l’impression d’être une sorte de liberté. Seul, il pouvait laisser son regard se troubler, sentir l’air venir doucement lui manquer tandis que sa vision se troublait pour laisser apparaitre des larmes muettes qu’il pouvait enfin laisser couler sans ressentir la moindre honte, déshonneur d’être aussi faible qu’il ne l’avait jamais été.

Sagement allongé sur le lit de cette chambre qui se voulait être désormais sienne, il avait posé son bras sur ses yeux pour se reposer un tant soit peu. A cause de son handicap, son seul œil valide était plus sensible à la lumière qu’auparavant tant son corps lui demandait plus qu’il ne pouvait lui être permit. Il lui arrivait donc souvent d’être prit par de violents vertiges. Des vertiges qu’il camouflait à ses grands parents qui tout comme sa mère n’avaient de cesse de le couver comme s’il était sur le point de disparaitre de la terre. Disparaitre… c’est résolument bien une idée qui lui plaisait bien, de plus en plus. Il appréciait l’idée d’être en mesure de partir ailleurs, de ne connaitre personne et vivre une vie qui serait à la hauteur de ce nouveau soi qu’il deviendrait. Chose qui lui était présentement impossible, d’autant plus en étant sous l’étroite surveillance et tendresse affective de cette famille qui n’avait de cesse d’accroitre ce malaise qu’était sien. C’est à cet instant qu’il sentit son portable vibrer dans sa poche. Il imaginait sans trop de mal qui cela pouvait-il être tant le nombre de contact qu’il possédait sur son numéro coréen était très limité. A vrai dire cela se confinait à ses grands parents, sa mère et sa tutrice. Une tutrice qui lui avait été assignée par son professeur principal qui avait voulu lui donner les armes pour s’intégrer. Cette dernière avait vécue une bonne partie de sa vie en Californie, elle parlait donc très bien l’anglais et était donc la personne la mieux disposée à l’aider. Chose qui ne semblait nullement déranger cette dernière qui n’avait de cesse de veiller sur lui sans pour autant faire trop de zèle. Il imaginait donc sans trop de mal qu’il devait s’agir de sa mère qui lui demandait comment il allait… comme si son soudain intérêt pour sa personne pouvait effacer toutes ses années où elle n’avait été qu’une image à ses yeux. Oh, il ne lui en voulait pas, loin de là mais il se sentait peiné pour elle. Elle qui devait se préoccuper encore plus de lui que de panser les blessures qui était sienne. Elle aussi s’était montrée digne lors des funérailles militaires de son mari et son fils perdu, elle n’avait point versée la moindre larme mais tout comme lui, il était persuadé que son cœur saignait abondamment d’une plaie impossible à réparer… oui autant que celle qui sévissait dans son être à l’heure actuelle.

C’est ainsi qu’il attrapa délicatement le portable du bout de ses doigts pour le mener à ses yeux. Contrairement à ce qu’il pensait, il ne s’agissait point de sa génitrice mais de Lauren, cette fameuse ainée qui se trouvait être son seul point de repère à Seoul. Cette dernière lui proposait de venir avec elle à une soirée étudiante regroupant l’ensemble de leur formation. Une proposition qu’il fixa d’un regard perplexe, ne sachant que répondre. Il avait pleinement conscience qu’il n’était plus vraiment quelqu’un de bonne compagnie, il lui était si rare de le voir décrocher un mot désormais… mais avec elle, il faisait un petit effort, par politesse et surtout parce qu’il lui était aussi reconnaissant. Reconnaissant de l’aide qu’elle lui apportait quand bien même ne lui demandait-il jamais rien. Il soupira doucement en fermant ses yeux, se demandant s’il devait accepter ou non, est ce que le fait d’y aller changerait quelque chose ou non. L’envie de s’aérer l’esprit triompha de son désir de passer inaperçu. Sortir en ville allait résolument lui permettre de respirer un peu mieux, de s’échapper de ses chaines qui n’avait de cesse de l’étouffer un peu plus. Il se contenta alors seulement de répondre à son sms, lui demandant l’heure et le point de rendez vous en lui promettant d’être là avant d’aller prendre une rapide douche. Une fois lavé et coiffé, il s’habilla chaudement, les printemps coréens étant résolument plus frisquets que ceux qu’il avait toujours connu à New York. Prenant ses clés et sa veste, il averti ses grands parents de sa sortie apercevant même un léger sourire satisfait sur leurs lèvres lorsqu’il leur fit part de son intention de rejoindre une camarade de classe. Il est vrai qu’il était rare de le voir sortir et il ne pu que se sentir perplexe à cette constatation sans pour autant y chercher une réelle signification. Il mit près d’une heure pour se rendre au dit endroit que cette dernière lui avait indiqué. Ayant encore du mal avec le coréen, il s’était trompé de sortie de métro et avait du demandé son chemin à des passants dans un coréen assez maladroit qui l’avaient mal indiqués et envoyés dans la mauvaise direction avant de tomber sur une personne qui l’avait enfin mit sur le bon chemin. Sans aucun doute, qu’il arriva en retard au point de rendez vous lorsqu’il y arriva mais on ne pouvait point nier qu’il avait fait en sorte de l’être le moins de temps possible. Pour cela on pouvait compter sur sa respiration saccadée et les légères gouttes de sueur qui perlaient sur sa trempe. Souffle qu’il entreprit de reprendre à côté d’elle alors qu’il déposait ses fins doigts sur ses genoux, murmurant seulement dans une voix fortement essoufflée.

« Je suis sincèrement désolé pour ce contretemps… je pensais arriver à temps mais des raisons ont fais que je me suis quelque peu égaré dans le quartier… ce qui fait que je n’arrive que maintenant. J’espère que tu n’attends pas depuis trop longtemps Chang ? »

Ne se considérant pas encore très proche de cette dernière, il l’appelait toujours par son nom de famille, chose qu’il avait l’habitude de faire lorsqu’il ne connaissait pas familièrement une personne. Oh bien entendu, en dehors de ce fait, il parlait d’elle en employant son prénom mais il n’osait pas le faire face à elle, peut être parce qu’il la respectait, qu’il trouvait que cette distance imposée ferait qu’elle serait préservée d’un lien de filiation avec lui ? Qui sait ? Dans tous les cas, elle ne pouvait nullement ignorée que ses excuses étaient sincères dans tous les cas.

TENUE : 01.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Chang Lauren
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 46
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren   Jeu 24 Mai - 22:30

{tenue}

La tête baissée, les yeux bien fixés sur les lignes dans son bouquin, Lauren ne voyait pas le temps passer. Elle avait un rapport à fournir à son supérieur le sur-lendemain et elle était bien loin de l’avoir terminé. Certes, ce n’était pas dramatique et de toute façon elle avait une bonne partie de la journée et la soirée pour terminer le tout. Elle n’était pas trop stressée, elle se savait plutôt douée pour ce genre de chose. Elle se reprochait tout de même de ne pas l’avoir fait auparavant, elle n’était pas tellement à la dernière minute, mais contrairement à ses habitudes, elle l’était. Après tout, elle n’était pas une première de classe simplement parce qu’elle était talentueuse. Ça aidait, beaucoup, mais les efforts qu’elle mettait dans son travail avaient toujours porté leurs fruits. Ce n’était pas si pire dans le cas présent, si elle travaillait de bon rythme, elle réussirait probablement à tout finir, à son goût évidemment, d’ici la date limite. Le seul problème ? Elle n’avait pas du tout prévu le téléphone qu’elle s’apprêtait à recevoir, une belle invitation à une soirée. Rare étaient les personnes qui daignaient l’inviter à des soirées, simplement parce qu’elle avait l’habitude de refuser systématiquement. Elle serait d’autant plus encline à refuser considérant ce qui lui restait à faire. Pourtant, lorsqu’elle décrocha lorsque sa sonnerie réussit à la tirer de son bouquin, croyant que c’était Damon malgré l’évidence qu’il ne s’agissait pas de la sonnerie spéciale qu’elle lui avait assigné sur son portable, Lauren ne refusa pas systématiquement. Elle écouta attentivement alors qu’un jeune homme qu’elle pourrait probablement qualifier d’ami lui dit que c’était une soirée entre étudiants de droits. Certes elle était plutôt dans ses stages, ses études étaient pour ainsi dire terminées, mais elle était tout de même invitée. C’était probablement du au fait qu’elle s’entendait bien avec la grande majorité des autres étudiants. Plutôt facile à vivre, plutôt sociable, ce n’était pas si étonnant que ça. Après un bon moment de réflexion, elle eut la brillante idée d’accepter, au risque de stresser à fond pour son rapport le lendemain, demandant même si elle pouvait inviter quelqu’un. Elle ignora la plaisanterie qui voulait sous-entendre qu’elle inviterait son petit copain, oh combien inexistant pour le moment, et remercia son ami lorsqu’il lui répondit positivement. À vrai dire, la réalité était toute autre. La personne qu’elle voulait invité n’était pas son petit ami, ni même un ami proche, il s’agissait de l’élève à qui elle avait été assignée comme tutrice. Un américain, comme elle, un jeune homme qu’elle appréciait beaucoup malgré le fait qu’elle ne savait pas grand chose sur lui. Si elle se faisait un plaisir de l’aider avec tout ce qu’elle pouvait, la demoiselle décida d’encore tenter de le faire, de manière différente cette fois. Après tout, elle avait été mandatée pour l’aider à s’intégrer et une fête était une belle occasion pour le faire.

Bien convaincue de la brillance de cette idée, Lauren prit la peine de contacter le jeune homme pour l’inviter. Elle n’était pas certaine qu’il allait accepter, mais elle espérait que ce serait le cas. Un grand sourire s’étira sur les lèvres de la demoiselle lorsque Adam confirma qu’il allait venir. Ça lui ferait du bien, elle en était convaincue. Cela dit, il fallait qu’elle commence à se préparer si elle ne voulait pas être en retard. Déposant son rapport sur la table du salon, elle se dirigea vers sa chambre. Il fallait bien qu’elle se prépare, qu’elle mange une bouchée avant de partir, sinon elle ne tiendrait pas longtemps à la soirée. Chaque chose en son temps, elle commença par donner les indications à Adam pour se rendre, après tout, elle lui aurait bien proposé de s’y rendre ensemble, mais il était probablement mieux qu’il se rende de lui-même, ça l’habituerait à se déplacer dans la ville. Enfin, c’était ça et surtout le fait qu’elle habitait proche du point de rendez-vous et qu’elle ne savait pas trop où habitait le jeune homme. Puis, il lui restait à se préparer et dieu sait à quel point la jeune chinoise était bien plus que capable de prendre une éternité pour ça.
En passant devant la chambre d’Ilyah elle fut tentée de l’inviter lui aussi, il n’était peut-être pas dans la même faculté et il ne connaissait probablement personne qui serait présent, mais il était plutôt du genre à aimer faire la fête non ? Enfin, lorsqu’elle cogna à la porte de sa chambre, elle réalisa que le jeune homme n’était pas là. Ce n’était pas nécessairement étonnant, si Lauren prenait souvent la peine d’écrire des notes à son colocataire, il ne se sentait pas forcément obligé de faire de même. Tout de même curieuse, elle prit son portable à nouveau, envoyant un message texte à Ilyah pour savoir ce qu’il prévoyait faire pour la soirée. Ce dernier lui répondu qu’il était à une soirée, donc l’invitation tomba à l’eau d’une certaine manière, et il l’informa également qu’il ne rentrerait probablement pas dormir à l’appartement. Supposant qu’il devait avoir une demoiselle chez qui séjourner, elle lui souhaita bonne chance avant de retourner à ses préparations. Elle commença d’abord par prendre une bonne douche question de replacer sa longue chevelure. Plusieurs minutes plus tard, elle en ressortait une serviette enroulée autour de son corps. Il restait beaucoup de chose à faire, notamment choisir ce qu’elle allait porter et se coiffer. Heureusement, pour une fois, elle tomba sur quelque chose qui lui plaisait dès le départ si bien qu’elle enfila une tenue plus rapidement que prévu. Ce n’était pas particulièrement chaud et elle risquait peut-être d’attraper froid, mais elle ferait avec. La jeune femme prit tout de même la peine de sécher ses cheveux, mais pour une fois, elle les laissa détacher. C’était rare qu’elle ne les attachait pas dans un chignon, mais pour une soirée entre amis, entre camarades, ce serait probablement plus qu’elle fasse preuve d’une attitude un peu plus décontractée.

Lorsqu’elle fut finalement prête, Lauren sortit de son appartement, armée du sublime présent que Damon lui avait fait pour son anniversaire. Elle était étrangement de bonne humeur et jouer avec le bracelet lui arrachait toujours un sourire. Allez savoir pourquoi, même si la raison était bien loin d’être compliquée. Après tout, un présent de son frère était toujours quelque chose de spécial, c’était inconscient. Elle se dirigea donc vers le rendez-vous qu’elle avait donné à Adam. C’était quand même loin, prendre le métro aurait normalement été la manière d’y aller, mais elle préféra demander un taxi pour être certaine d’arriver à l’heure. Elle avait perdu plus de temps que prévu à se préparer, si bien qu’il valait mieux qu’elle prenne la manière rapide d’arriver. Lorsque le taxi arriva devant le point de rendez-vous en question, elle put constater qu’elle était en avance ou du moins qu’Adam n’était pas encore arrivé. Elle n’était pas spécialement pressée et considérant la majorité des personnes avec qui elle se tenait n’était généralement pas très ponctuel alors ce n’était pas comme s’il manquerait quoi que ce soit s’il n’arrivait pas dans les trois prochaines minutes. Débarquant du taxi, elle paya généreusement le chauffeur avant d’attendre Adam.
Quelques minutes plus tard le jeune homme arriva, bien en sueurs et probablement fatigués. Arquant légèrement un sourcil, elle se demanda bien pourquoi il était aussi essoufflé, ce n’était pas comme s’ils étaient pressés. « Je suis sincèrement désolé pour ce contretemps… je pensais arriver à temps mais des raisons ont fais que je me suis quelque peu égaré dans le quartier… ce qui fait que je n’arrive que maintenant. J’espère que tu n’attends pas depuis trop longtemps Chang ? » Chang, elle lui avait déjà dit de ne pas l’appeler par son nom de famille, d’abord parce que ça pouvait s’appliquer à n’importe lequel des enfants Chang, sans compter le paternel de la fratrie. Puis elle était plutôt du genre à préférer un peu plus de proximité que ça. Elle n’était pas nécessaire encline à vouloir être près de tout le monde, mais tout de même. « Ne t’en fais pas je viens d’arriver, tu n’étais pas obligé de courir non plus ! » Elle était agréablement surprise de voir qu’il l’avait fait, mais ce n’était pas nécessaire. Il avait probablement eu du mal à s’orienter, peut-être qu’elle aurait du proposer d’aller le chercher. « Je suis bien placée pour comprendre si tu as eu du mal à t’orienter... » Et un clin d’oeil pour l’encourager en prime, il aurait fallu quelque chose de terrible pour arriver à avoir une autre réaction de la part de la demoiselle. Néanmoins, elle prit un air plus sérieux avant de lui dire : « Mais sérieusement, appelle moi Lauren. » Le fixant pendant un moment pour s’assurer qu’il avait bien compris à quel point elle était sérieuse sur ce coup là, elle lui fit signe de la suivre avant d’entrer à l’intérieur. Elle savait généralement où se tenait la bande à savoir dans le fond de la salle. S’assurant que Adam la suivait, tout en s’assurant de ne pas aller trop vite pour qu’il puisse reprendre son souffle comme il le fallait. Une fois devant les gens qu’elle connaissait, elle sourit joyeusement avant de présenter Adam : « Voici Adam, il vient des États-Unis, comme moi. » Elle n’avait probablement pas besoin de faire une longue présentation, ils n’étaient pas là pour s’attarder sur tout ce qu’il avait fait dans sa vie non plus. Se tournant vers le jeune homme, elle finit par lui demander : « Qu’est-ce que tu as envie de boire ? j’offre une tournée. » La nouvelle fut bien reçue par tout le monde si bien qu’elle esquissa un petit sourire avant de commander ce qu’elle voulait, attendant patiemment la réaction d’Adam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Johnson Adam
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 42
Ϟ live in seoul since : 17/05/2012


MessageSujet: Re: I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren   Dim 27 Mai - 22:53

La ponctualité était résolument quelque chose d’important pour le jeune homme qu’il était. Étant issu d’une famille hautement réputée dans l’État dans lequel ils se trouvaient, il n’était pas rare à cette époque qu’il soit convié lui et sa famille à des soirées entre « hauts bourgeois » qui se respectent. De ce fait, il avait rapidement apprit que la ponctualité était quelque chose de fondamental dans les convenances de la société. Le fait d’être en retard d’une seule minute pouvait être résolument problématique et de ce fait apporter une mauvaise image de sa personne aux yeux de la personne concernée qui pouvait prendre cela comme un manque de respect évident. Bien entendu, tout comme chacun, il avait pleinement conscience que l’erreur était humaine, qu’il arrivait parfois qu’il est impossible d’être en temps et en heure à un rendez vous au vu de certains évènements adjacents, mais il n’en restait pas moins qu’il n’appréciait résolument pas l’être pour sa part. Il faut dire que depuis sa plus tendre enfance il avait prit pour habitude d’être parfait, d’être politiquement correct et ce qu’en étant en même temps lui-même. Cela expliquait pas mal son comportement actuel qui se trouvait profondément irrité de ne point être en mesure de savoir qui il se trouvait être désormais. Auparavant, cela lui semblait évidant. Il était l’ace « espoir » de l’équipe de baseball de son lycée et était considéré comme le mec idéal. Son sourire et sa gentillesse, sa cordialité et proximité avec tous les membres de l’école faisait qu’il était apprécié de tous sans paraitre pour un hypocrite, ce qu’il n’était résolument pas mais il luttait dans une certaine mesure contre l’isolement de certaines personnes, trouvant cette pratique ridicule. Autant dire que cette image dénotait complètement du jeune homme qu’il était désormais. Du populaire capitaine qui explosait de joie de vivre, il était devenu quelqu’un de profondément impopulaire qui se fondait la foule pour s’imposer le moins possible aux autres, s’excluant lui-même volontairement des possibles groupes auxquels il aurait pu s’intégrer avec aisance.

A vrai dire, lui-même ne savait pas ce qu’il escomptait faire désormais de sa vie. Au cours des deux dernières années, il avait perdu énormément de choses précieuses, qui avaient été le fondement de son équilibre, de sa vie. Sans son œil valide, il ne lui était plus possible de reprendre le baseball, sans les illustres figures paternelles et fraternelles qu’avaient été ces derniers , il avait perdu tous ses repères, n’en restant qu’une âme vide de sens qui voguait tout simplement dans le sens du courant en se laissant simplement aller, ne cherchant nullement à lutter ou à choisir pour l’une des berges qui se trouvait à sa portée. En suivant ce courant, les conseils de sa famille, il avait déménagé dans cette ville pour reprendre sa vie en main… du moins en apparence car pour l’instant, il avait toujours cette incroyable impression qu’il suffoquait un peu plus chaque jour. La barrière de la langue, étant donné qu’il connaissait que très peu la langue maternelle de sa génitrice, était à elle seule un obstacle quand bien même aurait-il ressenti le désir de changer sa vie. A croire qu’au fond, il ne le voulait point. Ce qui se trouvait peut être pas si loin de la vérité lorsqu’on y songeait. Après tout, en reprenant sa vie en main, ça signifiait qu’il devait dire adieu à l’ancien Adam qu’il avait été, tourné la page sur le fait qu’il avait perdu tant d’être chers, qu’il se trouvait être l’unique survivant sans en avoir eu le mérite de l’être. La culpabilité l’accablait et ne cessait de l’étreindre bien loin des yeux indiscrets et inquiets de ses proches qui ne voyaient rien, tout comme lui qui se laissait tout simplement aller, sans se poser la moindre question.

Pour cela il suffisait de le voir comme il se trouvait être en cet instant. En temps normal, sa nouvelle condition aurait refusé une telle soirée qui impliquait qu’il devait boire pour entrer en quelque sorte dans le « moule » sans paraitre rabat joie. Boire de l’alcool, c’était résolument une chose qu’il n’avait plus prit la peine de faire depuis plus de deux ans. Le souvenir des conséquences de ces effets étant bien trop profondément ancré à son esprit et pourtant il s’apprêtait de nouveau à le faire, dans le seul espoir de lutter contre cette suffocation qui n’avait de cesse de l’étreindre depuis des années. Il espérait que cette amie qu’avait été l’alcool parvienne de nouveau à lui aérer l’esprit, se défaire des chaines qui se trouvaient être les siennes désormais. Cela était résolument idiot, lui-même le penser et pourtant, oui sans aucun doute qu’une fois qu’ils auraient passés les portes du bar dans lequel ils allaient se rendre, la première chose qu’il prendrait serait un alcool fort pour une bonne entrée en la matière. Mais pour l’instant, il se contentait de reprendre son souffle ayant enfin trouvé son chemin parmi les rues si complexes de cette capitale qui contrairement à New York semblait être plus difficile à se repérer, d’autant plus lorsqu’on est incapable de lire les noms des sorties des rames de métro, ainsi que parler suffisamment la langue pour qu’on lui indique le bon chemin. La seule chose dont il avait été certain au bout d’un moment, c’était son retard et ses jambes s’étaient mises à courir aussi vite qu’elles avaient pus. Autant dire que son endurance en avait prit un sérieux coup en l’espace de deux ans, ce qui rendait son inconscient un peu plus irrité à cette idée. Dire qu’à l’époque, il était capable de courir durant près de trente minutes en ayant l’impression que seulement dix minutes s’était écoulé. La différence était effarante pour lui qui inconsciemment se murmura qu’il fallait vraiment qu’il se remette à courir au minimum dans une salle de gym, le faire dehors étant trop risqué à cause de son champ de vision diminué.

C’est ainsi qu’il reprit petit à petit son souffle alors que cette dernière semblait déterminée à être d’une gentillesse presque angélique. Alors qu’il était évidant qu’il était en retard de bien plus que quelques minutes cette dernière s’était seulement contenté de lui dire qu’il ne devait pas s’en faire et n’était pas obligé de courir puisqu’elle venait juste d’arriver. Était-ce vrai ou non, cela n’avait pas réellement d’importance car pour sa part, il n’était pas satisfait de son comporte. Têtu ? Résolument mais il se garda bien de dire mot, trouvant qu’il avait déjà bien trop parlé à ses nouvelles habitudes qui se contentait en temps normal qu’à être des hochements de tête affirmatifs ou négatifs ou des monosyllabes. Il fallait croire qu’avec Lauren, sa langue se déliait plus facilement, sans aucun doute parce qu’elle lui était en quelque sorte plus ou moins rattaché qu’importe ce qu’il pensait ? Peut être. Elle ajouta qu’elle comprenait parfaitement qu’il avait eu du mal à s’orienter, appuyant ses paroles par un clin d’œil amical qui la rendait plus amicale et taquine qu’en temps normal. D’ailleurs maintenant qu’il y faisait attention, la demoiselle était habillée bien différemment à d’habitude. C’est vrai d’ailleurs que c’était la première fois qu’il la rencontrait en dehors de la faculté également. Ses cheveux habituellement attachés en chignon se trouvaient être détaché, ce qui mettait en valeur son regard quelque peu doux et pétillant à la fois. Son maquillage quant à lui se trouvait être un poil plus prononcé que d’habitude mais ne faisait que mettre d’avantage en avant les traits de son visage. Sa tenue également était résolument bien choisit et l’ensemble faisait qu’elle était résolument belle, très ravissante même se devait-il de reconnaitre alors qu’il baissait le regard vers une affiche publicitaire. Il venait de prendre conscience qu’il l’avait plus ou moins reluqué sans plus ou moins de discrétion au point qu’il s’en était lui-même senti mal à l’aise, mettant ses mains dans les poches de son jean.

Par chance cette dernière ne sembla nullement remarquer cela car elle lui demanda sérieusement de l’appeler par son prénom. Chose qui était plus difficile qu’il ne pouvait le paraitre mais une fois de plus, il ne dit mot, s’étant déjà renfermé dans son silence comme à ses habitudes. Sentant le regard de cette dernière fixer sur lui, il se contenta seulement d’hocher simplement la tête dans un signe d’affirmation alors qu’elle l’invitait à le suivre à l’intérieur du bar, ce qu’il fit simplement en ne changeant nullement sa position qu’était la sienne. En silence, il découvrit les lieux de leur rendez vous avec les membres de leur « formation » alors qu’il prenait bien soin de ne point la perdre de vue. La voyant s’arrêter à une table, il fit de même en se contentant seulement de baiser la tête dans un petit mouvement pour les saluer alors que sa compagne de soirée, leur disait quelque chose en coréen ce qu’il cru comprendre être une brève présentation mais il n’en était pas certains puisque la musique qu’émettait les enceintes posées ici et là du bar venait troubler son audition, déjà bien réduire à cause du fait qu’il devait se concentrer pour bien comprendre la langue. C’est ainsi qu’il la sentit se tourner vers lui, lui demandant simplement ce qu’il désirait, qu’elle payait sa tournée.

« Une voldka jus de pomme, merci. » Lança-t-il simplement dans un murmure alors qu’il entendait les autres, faire de même en regardant Lauren qui s’élançait déjà vers le bar tout simplement. Imaginant sans trop de mal qu’il allait être difficile pour la demoiselle de porter toutes ses boisons, il s’élança à sa poursuite pour la retrouver au bord du bar sur lequel il s’appuya à ses côtés en murmurant au creux de son oreille dans une voix calme. « Je vais t’aider à les porter jusqu’à là bas. »

En temps normal, sans aucun doute qu’il aurait rajouté son prénom ou son nom mais étant donné que cette dernière semblait être résolument déterminé à le fusillé du regard s’il tentait une énième fois de la nommer par son nom, il s’était abstenu de dire quoi que ce soit de plus. Le serveur étant bien occupé par d’autres clients qui tout comme eux patienter pour recevoir leur commande, il se contenta seulement de lancer en toute simplicité pour tenter de parler un peu.

« Sinon je ne te l’ai pas dis tout à l’heure puisque je n’ai pas eu le temps mais tu es ravissante ainsi. Je n’ai pas l’habitude de te voir si décontractée en temps normal mais ce style te va à merveille. »

Sur ses mots, il se contenta seulement de lui lancer un faible sourire alors que le serveur venait à leur hauteur, mettant déjà fin au semblant essai qu’il venait d’essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Chang Lauren
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 46
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren   Mer 30 Mai - 15:36

Malgré le fait qu’elle comprenait très bien l’importance de la ponctualité, étant du genre à s’en faire pour ça quand c’était elle qui était en retard, c’était plus qu’évident que Lauren ne le reprocherait pas à Adam. Dans le genre, elle ne le reprocherait probablement à personne, mais encore moins à lui. D’abord, parce que ce devait être assez assez difficile pour lui de bien s’orienter, ce qu’elle ne pouvait que comprendre puisqu’elle avait été à peu près dans la même situation, mais aussi parce que de nature, elle n’était pas tellement du genre à reprocher quoi que ce soit aux autres. Cela dit, elle faisait la même chose qu’Adam, dans le sens qu’elle ne pouvait pas le tolérer lorsqu’elle était celle qui était en retard et aucune excuse ne semblait assez valable pour expliquer pourquoi ça arrivait. Sauf que comme d’habitude, ce qui s’appliquait à elle ne s’appliquait pas forcément aux autres. Il fallait dire que malgré son éducation stricte, Lauren avait toujours cherché le moyen de pouvoir aider son petit frère et sa petite soeur même si elle n’avait pas eu le droit à cet aide. De la même manière qu’elle n’hésitait pas à venir en aide à beaucoup de personne pour les cours alors qu’elle s’arrangeait généralement toute seule pour régler ses problèmes à ce niveau là. De toute façon, travaillante comme elle était, la jeune chinoise n’avait jamais eu de problème de ce côté. Quoi qu’il en soit, c’était ce pourquoi, pour l’instant, elle ne voulait pas que Adam fasse un cas de ce qui ne la dérangeait pas du tout. Elle se doutait bien, intérieurement, que s’il en faisait un cas ce ne serait pas ce qu’elle disait qui changerait les choses, mais bon, on pouvait toujours espérer. Alors qu’elle tentait de réconforter le jeune homme à ce niveau là, Lauren remarqua alors que son regard était bien braqué sur elle. Il était en train de la reluquer ? Surprise, pas parce que ça n’arrivait jamais - quoi qu’elle serait du genre à vous affirmer que c’était une chose qui n’arrivait que très rarement, mais bien parce qu’elle ne s’était pas attendue à ce que cela arrive avec Adam. Cela dit, il fallait bien avouer qu’elle était plus que agréablement surprise, ce qui ne l’empêcha pourtant pas de ne pas montrer un indice par rapport au fait qu’elle l’avait remarqué et décida de se concentrer sur autre chose, à savoir l’utilisation de son nom de famille. C’était bien le seul point sur lequel elle se montra intransigeante. Que ce soit Adam ou n’importe qui d’autre, elle n’appréciait pas tellement qu’on l’utilise. Elle préférait son prénom, qui lui donnait simplement plus l’impression qu’on s’adressait à elle et non pas à n’importe quel autre membre de sa famille. C’était important pour elle, sans que ce soit nécessairement compréhensible. Après tout, la seule personne qui échappait véritablement au nom Chang, c’était sa mère, qui de part son appartenance au monde occidental, ne pouvait pas vraiment se faire associer au nom de famille de son mari.

Leur arrivée près de leurs camarades fut relativement remarquée. Que ce soit parce que Lauren ne venait que très rarement dans les soirées, parce qu’elle était accompagnée ou simplement parce que certaines personnes se montraient intriguées par Adam lui-même, ils furent tous plutôt bruyants en les voyant arriver. Si elle profitait du fait qu’Adam la comprenait pour utiliser l’anglais, ce n’était pas tous leurs compagnons qui pourraient en faire autant. Intérieurement, elle se reprocha de ne pas avoir pensé au fait que dans un bar, il aurait encore plus du mal à comprendre le coréen et on ne parlait pas encore du fait que les gens allaient boire et perdre une bonne partie de leur élocution. Bon, en soit, elle ne pouvait pas y faire grand chose et avec de la chance ça détendrait Adam. Quoi qu’il en soit, il ne fallait pas qu’elle perde de vue l’idée qu’il fallait qu’elle se détende elle aussi. Boire n’était pas dans ses habitudes, tout comme elle ne sortait pas souvent en général. Ce qui ne l’empêcha pourtant pas de proposer de payer une tournée. Ce n’était pas tellement étonnant quand on y pensait, si elle ne buvait pratiquement pas, elle était du genre généreuse et son compte de banque lui permettait de proposer ce genre de chose. Puis, c’était nettement plus dans l’ordre d’idée que les gens associeraient sa présence et la tournée à l’arrivée de Adam. C’était peut-être idiot vu comme ça, mais ça fonctionnerait probablement pour permettre au jeune homme de se rapprocher des autres. Si la commande de l’américain se fit entendre dans un murmure que Lauren manqua de ne pas entendre, les autres commandes furent bruyantes et elle put voir qui avait déjà commencer à boire plus sérieusement.
Un léger soupir traversa ses lèvres, même si elle ne perdit point son sourire, alors qu’elle s’élançait vers le bar pour commander le tout. Pour sa part, elle se contenterait de prendre des shots avec tout le monde, après tout, il serait étonnant que le bar ait des bouteilles de vins avec des crus qu’elle appréciait. Oui, ça faisait snob, mais en soit, il ne fallait pas oublier de quelle famille elle venait. Ses parents l’avaient toujours habitués à des boissons de qualités. Des shots étaient donc ce qu’elle décida de boire, en se disant qu’elle pourrait feindre d’en boire suffisamment pour éviter d’avoir droit au traditionnel commentaire ‘Tu es trop coincée Lauren !’ Bien concentrée sur le serveur, comme s’il allait venir plus rapidement si elle se concentrait comme ça, elle sursauta lorsque la voix de Adam se fit entendre au creux de son oreille : « Je vais t’aider à les porter jusqu’à là bas. » Son sourire s’étira un peu plus, il était attentionné, c’était agréable. La demoiselle se tourna donc vers lui avec ce même sourire pour le remercier joyeusement : « Oh, c’est gentil. Merci. » Probablement qu’elle aurait trouvé le moyen de tout amené à bon port par elle-même, ne serait-ce qu’en faisait des beaux yeux au serveur qui l’avait reluqué maintes fois de part le passé, mais l’aide d’Adam était appréciée. Son regard retourna alors vers le dit serveur, attendant tout simplement qu’il daigne se ramener vers eux. Peut-être aurait-elle du essayer de faire une conversation, mais le jeune homme s’en chargea à sa place : « Sinon je ne te l’ai pas dis tout à l’heure puisque je n’ai pas eu le temps mais tu es ravissante ainsi. Je n’ai pas l’habitude de te voir si décontractée en temps normal mais ce style te va à merveille. » La chaleur lui monta aux joues alors qu’elles prenaient une teinte rosée. Les compliments trouvaient toujours le moyen de la faire réagir ainsi, même si elle en était déjà consciente. Après tout, il l’avait tout de même plus ou moins reluqué auparavant.

Avant même qu’elle ne puisse répondre au compliment, le serveur vint à leur rencontre pour prendre leur commande. Tâchant de reprendre une certaine constance, Lauren commença donc la commande : « Une vodka jus de pomme, trois bières, suffisamment de tequila shots pour tout le monde. » D’un geste de tête elle désigna la bande, des habitués que le serveur connaissait bien de toute façon. Alors qu’elle sortait son porte-feuille pour s’occuper de régler la facture, elle fut forcée de relever la tête lorsque le serveur prit la parole : « Tout de suite princesse, tu t’es décidée à boire cette fois ? » Se contenta d’hocher la tête sans trop de conviction elle attendit qu’il aille s’occuper de la commande avant d’expliquer : « On est des habitués de l’endroit comme tu peux sans doute deviner et c’est un idiot. » C’était rare d’entendre Lauren se prononcer comme ça sur quelqu’un mais bon, elle préféra rapidement changer de sujet en retournant au compliment qu’il lui avait fait. « Mais sinon, je vais te remercier pour le compliment, le style décontracté ce n’est pas tellement ma tasse de thé... » On pouvait voir qu’il lui avait fait plaisir en la complimentant ainsi, mais elle était peut-être mieux de ne pas trop s’y attarder. Quelques minutes plus tard, le serveur revint avec les commandes et Lauren s’empara d’un shot et le cala directement. Elle avait décidément besoin de se changer les idées et la présence de ce serveur ne l’aidait pas alors autant commencer à boire. Probablement qu’Adam finirait par être dépaysé à force de la voir agir différemment, mais bon, elle n’était pas si terrible, elle était toujours autant souriante et gentille, tout au moins à son égard. Elle s’empara ensuite du plateau sur lequel reposait les shots et demanda au jeune homme : « Tu peux t’occuper de ce qu’il reste ? » C’est à dire un autre plateau, tout ce qu’il y avait de plus simple à transporter. De retour à la table, elle déposa simplement ce qu’elle tenait dans ses mains avant de se retourner à nouveau vers Adam : « Je te conseille de ne pas penser qu’ils agissent tous comme ça normalement, ils se laissent aller le soir, mais ce sont des bons étudiants. » Malgré le fait qu’elle parlait supposément des autres, c’était plutôt une demande par rapport à elle. La dernière chose qu’elle voulait qu’il pense différemment d’elle à cause de cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Johnson Adam
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 42
Ϟ live in seoul since : 17/05/2012


MessageSujet: Re: I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren   Lun 4 Juin - 15:07

Galant, c’est résolument une qualité que le jeune homme possédait depuis sa plus tendre enfance. Quand bien même faisait-il parti d’une elite d’une nature quelque peu particulière, il n’en restait pas moins qu’on lui avait apprit les règles de bienséance et le respect d’autrui. Adam, de ce fait ne faisait nullement parti de ces petits bourgeois qui prenait plaisir à mépriser ceux qui ne faisait pas parti entre guillemet de ce monde qu’était sien. Ainsi, il devait reconnaitre qu’au cours de toute son existence, il avait pour habitude de fréquenter des gens aussi normaux que son école, collège et lycée ô réputé lui permettait de fréquenter. Il avait pour ainsi dire peu d’anciens amis, ou pour amis, des enfants appartenant à cette catégorie de personnes qui se prenaient pour les maitres d’un monde qu’ils croyaient être sous leur gouverne. Les valeurs qu’ils avaient se trouvaient être bien trop différentes au sien pour qu’il n’ait eu le désir de fréquenter ses derniers ou comme les rares qui faisaient partis de son équipe. Cela ne voulait pas dire pour autant qu’il les méprisait d’une quelconque façon, non cela n’était résolument pas dans son caractère. Le mépris était à ses yeux quelque chose de terriblement inconvenant qu’il avait du mal à accepter venant de qui que ce soit. Si on le méprisait, il n’hésitait nullement à répondre qu’il n’aimait résolument pas cela et qu’il n’avait aucune raison de supporter un agissement aussi puéril et disgracieux que ce dernier. Autant dire que cela avait été à l’origine de bon nombre de querelles de bas étages émanant de ses interlocuteurs et lui-même. Rester calme quelque soit la situation était résolument une chose qu’il avait apprit à faire, quand bien même avait-il lui-même ressenti l’envie de dire frapper certaines personnes qui allaient trop loin, mais en fin stratège, il avait toujours su tirer son épingle du jeu et garder sa réputation des plus blanches possibles, sans pour autant manqué de franchise envers cette dernière. Adam était résolument l’être le plus vrai qu’on pouvait trouver, il ne trichait pas sur ce qu’il était et on pouvait compter sur lui pour assumer le moindre de ses actes.

C’est peut être à cause de ce comportement, si parfait, si intelligent, que l’annonce de l’accident avait eu un tel effet sur son entourage et sur sa réputation. Quand bien même n’avait-il pu en prendre lui-même pleinement conscience à la suite de son accident, les commentaires de ceux qui se trouvaient alors être ses amis ou simples camarades de classe avaient été surpris, sidérés qu’un tel accident avait pu se produire. Lui-même ne savait pas comment cela avait pu arriver. Certes, il avait bu, avait tout de même décidé après mure réflexion de prendre la route mais il était intimement persuadé d’être capable de le faire, il avait bu que très peu à ses yeux alors pourquoi cela était-il arrivé ? Comment cette voiture avait pu arriver sans crier garde et emportée avec elle la sienne, tuant son propriétaire et la passagère de la sienne sur le coup ? Impossible à dire… ni même à expliquer tant cet accident restait flou dans son esprit. Il ne se passait pas un jour sans que son esprit s’y songe et il avait seulement fallut un instant d’inattention de sa part pour que cette pensée ne vienne à son esprit sans qu’il puisse lutter contre cette dernière.

La seule chose qu’il savait en cet instant précis, c’est qu’il s’étonnait lui-même d’être venu en ces lieux, quand bien même se persuadait-il qu’il était venu pour honorer sa tutrice de sa bienveillance à son intention. Après tout durant près de deux ans désormais, il n’avait point remit les pieds dans un lieu de ce style et n’avait point touché à une goutte d’alcool. Aussi surprenant que cela allait sans doute paraitre à ses grands parents comme à lui-même, il avait le désir de boire, voir même de se saouler en cette soirée comme il avait pu le faire auparavant comme un jeune homme insouciant qu’il avait été. Pourtant la vie lui avait donnée une leçon, qui était encore bien ancrée à son esprit mais il avait besoin de s’échapper de cette pression incessante qui n’avait de cesse de reposer sur ses épaules depuis ce jour. Ce soir, il voulait quelque peu s’extirper de cette suffocation et être en paix avec lui-même. Cependant cela n’expliquait en aucun cas le fait qu’il en était venu à la complimenter sur sa tenue après que cette dernière ne l’ait remerciée dans un sourire joyeux de sa sollicitude. Il devait reconnaitre que lui-même s’étonnait de cela, ne sachant nullement ce que cela pouvait bel et bien signifiait de sa part. Il est vrai que cela l’avait quelque peu perturbé de l’avoir vue ainsi mais cela justifiait-il pour autant qu’il ne se laisse aller à la complimenter ? Il n’en savait rien mais cela ne l’avait pas empêché de sourire faiblement du coin des lèvres. Oui, il n’y avait pas de raison de s’inquiéter. Après tout cela devait résolument être du à sa franchise naturelle qui surpassait souvent ses pensées ou ses désirs, tout simplement. Se persuadant de cela, il ne pu nier tout de même qu’il la trouva encore plus mignonne lorsqu’il remarqua que ses joues s’étaient teintés d’un rose qui lui saillait parfaitement, rendant son visage encore plus attrayant. Fait qu’il garda pour sa personne alors qu’il voyait déjà le serveur venir à leur hauteur prendre leur commande. Ce dernier semblait parfaitement connaitre la demoiselle puisqu’il la tutoyait et la surnommait « princesse ». Un comportement quelque peu basique venant d’un serveur qui adorait charmer sa clientèle. Il était même habitué à ce genre de comportement pour y avoir fait souvent face, lorsque des serveuses venaient glisser leurs numéros dans l’une de ses mains lorsqu’elles le servaient ou lorsqu’il avait vu des serveurs faire de même avec son ex petite amie. Autant dire qu’il avait du mal à supporter ce genre de comportement pour avoir de nombreuses fois été la victime ou le responsable de quiproquos qui avaient souvent secoués sa relation avec cette dernière. Il ne pouvait nier qu’il avait envie de lever les yeux en air d’un air exaspéré mais il se contenta seulement de laisser un discret soupir franchir ses lèvres alors que la demoiselle lui expliquait déjà qu’ils étaient des habitués du bar et que le dit serveur été un idiot.

« En effet… » Fut la seule réponse qui s’extirpa de ses lèvres dans un ton quelque peu terne, sans vie. Il avait en effet comprit que la bande avait l’habitude de se rencontrer en ses lieux, il avait seulement fallut voir la complicité que tous avaient les uns avec les autres. Surement le résultat de bons nombres de soirées passés en compagnie des uns des autres. Lui aussi avait connu cela, une bande de pote, des soirées communes passées à boire et à se relaxer de la dure semaine qui s’était écoulée pour prendre l’air. A cette époque, il va s’en dire qu’il était plus qu’un adepte de ces soirées mais cela avait bel et bien changé, sa mentalité également, il fallait croire.

C’est ainsi qu’il l’entendit changer de sujet pour venir le remercier de son compliment, ajoutant que le style décontracté n’était pas vraiment sa tasse de thé. A ces mots, un léger sourire se fit une place sur ses lèvres en songeant qu’en effet le futur métier de cette dernière n’allait résolument pas lui permettre d’adopter ce style quotidiennement. Il suffisait seulement qu’il compare les tenues de travail de sa mère et son style à la maison. Autant dire que ces derniers étaient à l’opposé l’un de l’autre.

« Je vois… » Répondit-il simplement en hochant la tête alors qu’il ajoutait toujours accoudé au bar dans une voix plus légère, moins grave. « En effet avec le métier qu’il t’attend, tu n’as pas trop l’occasion d’afficher un style qui t’es propre. Ce qui est dommage en soit, cela oblige les gens à entrer dans une norme qui ne leur convient pas vraiment. Enfin tant que cela te convient, c’est le plus important. »

Heureusement pour lui, le serveur vint les interrompre avant qu’il ne se lance dans un débat qui n’intéresserait que lui. Il est vrai qu’a une époque, il prenait toujours plaisir à débattre sur divers sujets, aimant plus que tout entendre et dictait les arguments poignants pour le traiter mais cela lui semblait quelque peu lointain désormais. En accord avec le souhait de cette dernière, il attrapa le plateau qu’elle lui avait assigné et se dirigea vers leur table, le déposant devant leurs autres camarades qui leur avait laissé deux chaises côte à côte. C’est ainsi qu’il prit place avec plaisir, sentant ses jambes se ravir de ce fait alors qu’elle lui murmurait en se retournant vers lui qu’elle lui conseillait de ne pas penser qu’ils agissent tous ainsi normalement, qu’ils se laissaient aller le soir mais qu’ils étaient des bons étudiants. Une remarque qui le surprit alors qu’il prenait son verre entre ses mains, le seul qui restait encore disponible alors qu’il lui répondait en anglais.

« Ce n’est pas mon genre… je suis résolument le moins placé pour me faire juge en la matière, chacun est libre de faire ce qu’il veut de son existence, elle n’appartient qu’à eux, tant qu’ils sont en accords avec eux même. Après tout, qui aurait le droit de les juger ? »

Sa voix s’était faite douce alors que son regard s’était quelque peu assombri en l’espace d’une seconde. Il avait pleinement conscience qu’il n’était plus de charmante compagnie désormais, il avait perdu tout ce qui avait fait de lui, un jeune homme populaire, tout comme l’envie de se montrer accessible à tout le monde. Le fait qu’il se sentait perdu y étant sans doute pour quelque chose et cela ne l’attristait pas pour autant. Être dans son coin, laissé de côté, ne le dérangeait point du tout après tout, il pensait sincèrement ne pas avoir sa place ici mais il n’en touchait point mot. La seule personne qui semblait se soucier réellement de sa personne ici, était sa voisine de chaise, sa tutrice. Et s’il faisait autant d’effort pour se montrer agréable et quelque peu sociable avec elle, c’est bel et bien parce qu’il lui devait au moins ça pour la sollicitude dont elle faisait preuve.

« Je te remercie dans tous les cas de m’avoir incité à vous rejoindre. Cette soirée va me faire du bien. » Finit-il seulement dans un léger sourire au coin des lèvres alors qu’il levait silencieusement son verre au kanpai que lançait quelques convives de la table qui par cela trinquer en l’honneur de la demoiselle, portant ainsi son verre à ses lèvres pour gouter à la boisson dont il ne se souvenait presque plus du gout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I'm sorry but I think I'll still need your help. | PV Chang Lauren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: welcome to seoul, the dreaming city. :: kangnam :: bars et cafés-