a memory that the two of us could never forget ★



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 a memory that the two of us could never forget ★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: a memory that the two of us could never forget ★   Lun 11 Juin - 9:29

« T’as failli tout faire foirer. Idiote. »

Debout face à la jeune femme qu’il a emmenée dans son passage, il reste pétrifié sur place en apercevant son visage. S’il avait voulu revoir le visage de cette fille, il aurait préféré le faire dans des circonstances davantage pénibles que celles-ci. Un frisson parcourt son échine et il s’adosse au mur à côté de la porte de la salle dans laquelle ils ont fait irruption rapidement. Les cheveux en bataille, il passe sa main brièvement dans sa chevelure et il inspire profondément une bouffée d’air. Il aurait bien couru davantage, mais si il s’effondrait sur le sol, personne ne serait là pour l’aider à échapper aux dongsaengs qui lui courent après depuis bien une bonne heure. Chaque vendredi, c’est la même histoire. Il sort de son dernier cours de littérature de la matinée et elles s’accrochent à lui, tels des sangsues en manque de chair fraiche. Il est exaspéré par de tels comportements, mais il est bien trop patient, bien trop serein pour les envoyer paitre sans leur blesser le cœur. Elles ont de bonnes intentions en agissant de la sorte, pourquoi serait-il mauvais, mesquin et particulièrement froid envers elles ? il n’a aucune raison de l’être, alors il ne l’est pas. C’est aussi simple que cela. Or, la jeune femme qu’il a emmenée dans sa course, elle, il ferait tout pour créer une dispute, pour crier sur elle, ou juste la taquiner. Jung Hae Woo, si il se rappelle parfaitement de son nom, est une jeune femme avec qui il ne partage ni sentiments, ni conversations sereines, pas que l’on sache du moins. Elle crée plutôt des pulsions incohérentes en lui, des pensées sordides dans son esprit, des envies de la prendre par le bras et la coller contre le mur. Elle provoque en lui une alchimie étrange, c’est pourquoi il se rue sur elle pour l’envoyer paitre dès qu’il la croise. Là encore, il aurait agi de la même manière si il n’avait pas autre chose à penser, si il n’avait pas à fuir les dongsaengs sangsues. Au lieu de cela, attraper son poignet n’a pas été la meilleure solution du monde, mais il tenait à s’excuser auprès de la jeune femme qu’il avait accidentellement bousculer. Si il avait vu que c’était elle, il aurait passé son chemin. Or, à présent, il est trop tard pour reculer.

« Ca fait presque deux heures qu’elles me courent après, et toi tu apparais pour bloquer mon passage. A croire que t’en fais exprès. »

Ses sourcils se froncent particulièrement. Ses mains tremblent encore et il se retient sur le dossier d’une chaise pour ne pas flancher. Ses problèmes de santé ne l’aide aucunement. Il manque de souffle très vite. Son cœur bat bien trop fort au bout de deux pas trop rapide. Et sa hanche lui fait particulièrement mal quand il fait de faux mouvements. Tout cela est engendrer par une stupide maladie, un stupide mal être provoqué par son enfance perturbée. Un soupir s’échappe de ses lèvres et il se laisse glisser sur le sol, dos au mur. Il inspire du mieux qu’il peut les bouffées d’air de la pièce vide. Elle est immense cette salle de cours. Toutes les tables sont presque poussiéreuses. Toutes les chaises sont dérangées. On dirait une salle qui ne sert plus dans l’université. Il fronce les sourcils davantage, et finit par fermer les yeux pour calmer ses ardeurs contre tout ce qu’il vient de se passer. Ce n’est pas forcément la faute de cette jeune femme, mais à chaque fois qu’ils se croisent, quelque chose part mal, quelque chose détruit tout le « bonheur » qui pourrait émaner de lui. Quel bonheur ? il a beau profiter de la vie qu’il lui reste, en pensant que jamais il n’aura de rein de rechange, il n’est pas heureux pour autant. Il serait heureux s’il mourrait maintenant – au lieu de faire souffrir le monde qu’il l’entoure. Parfois, il se demande s’il ne devrait pas se tuer plus simplement, en sautant du toit de l’école. Mais tout le monde saurait son histoire, et il n’aime pas la charité, il n’aime pas qu’on s’occupe de ses problèmes.

« Admettons que ce soit pas ta faute. Pourquoi c’est toujours sur moi que ça tombe ? De te bousculer, de prendre tes foudres, de me faire littéralement tuer par un regard noir comme le tien ? Personnellement, le hasard, je m’en branle. Y a forcément une raison moins hasardeuse, pas vrai ? »

La dernière fois qu’il lui arrivait de bousculer autant de filles, c’était avec son premier amour. Une jeune femme qui est partie aux Etats Unis dès ses dix-huit ans, laissant seul le jeune garçon. Elle était la seule jeune femme à faire battre son cœur – ils se battaient, s’engueulaient, se frappaient jusqu’à finir dans les bras de l’autre – mais elle était tout. Ils avaient beau se croiser par pur hasard, ils avaient finis par s’apprécier, trop s’apprécier. Et depuis ce jour, où elle est partie en brisant son cœur, Shin Hwa ne veut définitivement plus aimer. Shin Hwa n’a plus le droit d’aimer – puis qu’il est censé mourir.

« Bref. J’ai autre chose à faire. »

Il se lève. Sa main se pose sur la poignée de la porte, mais celle-ci ne s’ouvre pas. Sa main force. Rien à faire. Elle est bloquée. Il jure et frappe la porte d’un coup de pied exaspéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jung Hae Woo
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 22
Ϟ live in seoul since : 28/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Lun 11 Juin - 13:33

Shim Hwa ▬ « T’as failli tout faire foirer. Idiote. »

Idiote : c'était comme cela qu'il l'appelait à chaque fois qu'il la voyait... Manque d'originalité, je vous l'accorde, surtout que ce n'était pas le genre de notre chère HaeWoo... Enfin, pas normalement, car je dois quand même vous avouer qu'elle a ne comportement assez puéril en la présence du jeune homme. A croire qu'elle se rabaisse à son niveau. Oui, difficile à croire qu'il est plus jeune qu'elle n'est-ce pas ? Faut dire qu'elle a tellement un visage enfantin qu'il est facile de la rajeunir -et surtout aussi qu'un an de différence, à leurs âges, c'est aussi visible qu'une molécule... Bref, comme vous pouvez le voir, elle a beau être plus âgée de quelques mois, elle ne se fait pas respecter pour autant, et pourtant Hae Woo, comme je le disais, est loin d'être une idiote, la preuve : elle ne fait pas des études scientifiques pour rien, la logique, elle est obligée de vivre avec tous les jours de la semaine, toutes les heures de la journée et plus pour ne pas m'étaler. Enfin il y a du vrai et du faux, des fois c'est pas mal de retomber en enfance le temps d'une conversation, c'est pour cela que même si elle n'aimait pas tellement ce fameux Shin Hwa, elle aimait bien répondre à ses répliques à deux francs cinquante qui étaient toujours divertissantes. Enfin, ne pas l'aimer était parler grand, elle ne le connaissait pas tant que ça en fin de compte, à chaque fois qu'ils se voyaient ils s’agrippaient le chignon. Et c'était bien partis pour un tour gratuits puisque la jeune fille l'avait -sans le faire exprès en plus- gêné dans sa fuite et se retrouvait du coup avec lui dans cette salle de classe vide à attendre que le troupeau de dongseangs passe sa route. Elle s'était fait un petit plaisir en profitant de cette occasion pour l'embêter un peu. En faite, c'était ça, quand ce n'était pas l'un qui embêtait le deuxième, c'était l'autre qui embêtait le premier. Hae Woo souriait, sadiquement. Elle était contente qu'il est faillit se faire prendre, même si elle aurait préféré qu'il se fasse prendre plutôt que d'être enfermée ici. Cette salle était vide, poussiéreuse, à croire qu'on l'avait abandonnée. Elle ne s'attarda pas sur ces détails, se retournant vers la jeune homme qui refaisait encore parler de lui alors qu'elle était en mode « attends, je reprends mon souffle ».

Shim Hwa ▬ « Ca fait presque deux heures qu’elles me courent après, et toi tu apparais pour bloquer mon passage. A croire que t’en fais exprès. »
Hae Woo ▬ « Tu m'en diras tant... Je pense que ça aurait quand même été plus marrant que tu te fasses prendre. »


Non, non, Hae Woo n'avait pas du tout fait exprès tout à l'heure de lui bloquer le passage et de tout faire pour que cela dur encore plus longtemps. Elle aurait bien aimé le voir se faire rattraper par cette horde... Enfin, c'est ce qu'elle disait là et se persuadait. Parce que l'intimité c'était bien aussi, au moins, elle pouvait lui dire ce qu'elle voulait sans que personne ne l'entende. Elle le regardit descendre le long du mur jusqu'au sol. Si c'était comme ça ! Elle passa sa main sur une des tables derrière elle, histoire d'enlever un peu la poussière, marmonna une petite phrase du genre : « ah ! Mais c'est dégeu. », pour enfin s’asseoir sur cette table et s’essuyer la main. Elle laissa tomber son sac par terre tout en écoutant les hypothèses, toujours aussi pointilleuses, de Shin Hwa.

Shim Hwa ▬ « Admettons que ce soit pas ta faute. Pourquoi c’est toujours sur moi que ça tombe ? De te bousculer, de prendre tes foudres, de me faire littéralement tuer par un regard noir comme le tien ? Personnellement, le hasard, je m’en branle. Y a forcément une raison moins hasardeuse, pas vrai ? »
Shim Hwa ▬ « Tu te pose trop de questions petit. J'ai absolument pas de réponses à te donner, je pense juste que c'est trop facile d'accuser les autres. A ce que je sache, c'est toi qui m'est rentré dedans non ? »


Questions rhétorique bien-sûr. Elle n'attendait pas de réponse puisqu'elle connaissait déjà la réponse : elle avait raison. La sagesse de la grande Hae Woo ressort – et moi je sors. Bref, elle soupira. Comme il venait de le dire, ils avaient autre chose à faire. Elle attendit sagement qu'il ouvre la porte et qu'il parte pour qu'elle en fasse de même après. Mais ça aurait été bien trop beau si la porte s'était ouvert n'est-ce pas ? Oui, c'était bloqué, enfin à première vue. La jeune fille le regarda donner un coup de pied, elle ne put s’empêcher de rire :

Hae Woo ▬ « Bah alors superman ? On arrive plus à ouvrir une porte ? »

Elle descendit de sa table, finalement plus tôt que prévu, et essaya à son tour d'ouvrir cette fichue porte, ne tenant pas à rester coincer ici. Le résultat était le même que lui. De toute façon, comment une petite crevette comme elle pourrait ouvrir une porte bien rouillée alors qu'il n'y arrivait même pas. Elle soupira.

Hae Woo ▬ « Je tiens pas à rester là. Qu'est-ce que tu proposes pour nous sortir de ce problème... Enfin qu'est-ce que je dis : de ton idiotie ? »


Jung Hae Woo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Lun 11 Juin - 15:53

Il lève les yeux au ciel. Hae Woo a le goût de l’énerver et de l’exaspérer, mais c’est ainsi depuis qu’ils se sont rencontrés. Il n’est pas surpris de la voir lui répondre d’un ton puéril, enfantin et joueur. Un rictus se dessine sur ses lèvres. Il ne peut s’empêcher de la regarder de haut en bas, détaillant sa tenue comme la coiffure de sa chevelure presque en bataille. Il aime taquiner la jeune femme. Il aime lui rendre la vie difficile. Sur dix altercations dans un mois, cinq ont finis aux mains, deux a des mots grossiers, trois avec des regards méprisant et un retournement de situation engagé par leurs « amis » respectifs. Le meilleur ami de Shin Hwa n’aurait pas été là, peut-être qu’il serait devenu plus méchant qu’il ne l’est, il y a peut-être une semaine de cela quand ils se sont rencontrés par pur hasard dans la cafétéria. Dans un sens, quand il la voit, il est heureux d’avoir un souffre-douleur pour passer ses nerfs – mais c’est assez contradictoire quand on sait qu’il aime la solitude et être tranquille et sans poser de problèmes à personne. Avec Hae Woo, impossible de passer inaperçu, impossible d’être calme. Ses nerfs gonflent, et finissent par lâcher, dans une explosion de rage. C’est ainsi à chaque fois qu’on l’énerve un peu trop, qu’on cherche à le rendre dingue – c’est ainsi avec elle, le plus souvent, mais il arrive que des camarades de classe l’opportunes un peu trop et qu’il explose de rage en claquant la porte de la salle de classe dans lequel ils suivent un cours sur la civilisation des anglo-saxons, par exemple.

« Parce que c’est ma faute peut-être ? »

D’un ton exaspéré, il l’envoie paître et frappe une nouvelle fois la porte, histoire de montrer qu’ils sont là. Seulement, le couloir dans lequel ils se sont engagés est rarement bondé par les étudiants de l’université, il est même souvent désert. A croire qu’il a la poisse en se retrouvant à nouveau en sa compagnie, et cette fois, enfermé dans un lieu clos et à peine éclairé. Il n’est pas claustrophobe pour un clou, mais il déteste être enfermé quelque part sans savoir trop quoi faire pour en sortir. Aussi, retourne-t-il sur ses pas pour s’assoir sur l’une des tables accolés au mur et s’y percher en scrutant chaque geste qu’elle ferait. L’arrogance de ces mots raisonnent encore dans l’esprit du garçon et le rictus encore visible sur ses lèvres s’élargit davantage, comme pour se moquer délibérément d’elle et la mettre mal à l’aise, par la même occasion. Cependant, Shin Hwa n’est pas réellement doué avec les femmes. De même qu’elle est bien différente de toutes celles qu’il a abordé dans sa vie. Hae Woo est plus coriace, plus forte d’esprit, plus souriante aussi ; car en effet, il lui est arrivé de la regarder dans la cafétéria ou lorsqu’il regarde par la fenêtre d’une salle de classe. Le plus grand des hasards fait qu’il ne déteste pas son jolie minois quand il l’aperçoit, rayonnante, loin de là, il peut voir une pointe de beauté dans son regard pétillant et son teint pâle. Il colle sa tête contre le mur et ferme quelques instants ses yeux. Cependant, le visage de la jeune femme persiste à apparaitre dans son esprit – son corps, sa présence étant là, il ne peut décemment se détendre et trouver une solution à son problème, à « leur » problème. Il se racle la gorge et finit par relever à nouveau son regard vers elle, en soupirant.

« Il va falloir rassembler des provisions. On ne sait pas pendant combien de temps on va rester ici. T’as quoi sur toi ? »

Ayant récupérer son sac de cours avant de se faire courir après par les jeunes filles de dix huit ans et leurs chevelures voletantes, il peut d’ores et déjà annoncer la nourriture qu’il contient. Il lui arrive parfois de ramener quelques sandwichs au cas où l’un de ses camarades aurait oublié son déjeuner, ainsi que des confiseries. Etant donné qu’il est censé mourir prochainement, il ne se sent pas mal à l’idée d’avaler trop de sucreries et de gras. Il s’en fiche même particulièrement. Un soupir s’échappe d’entre ses lèvres quand il voit qu’elle ne bouge pas d’un pas et reste pétrifiée à le regarder dans le blanc des yeux. Il se penche, attrapant l’anse de son sac de cours. Celui-ci est tellement lourd qu’il doit se retenir au dossier d’une chaise de sa main gauche. Il se voit même contraint de retomber sur ses pieds sur le sol dur de la salle. Il se rapproche d’elle et dépose tout ce que contient son sac sur l’une des tables à leurs côtés.

« Je pensais pas qu’un jour j’aurais à nourrir une plus vieille que moi. T’as vraiment quedalle sur toi, ou tu fais semblant d’être fauchée et de pas comprendre ce que je te dis ? Tu veux que je te parle chinois, ça ira mieux ? »

Il grince de dents et attrape une barre de chocolat qu’il avale déjà. Tout ce qu’il veut à présent, c’est sortir d’ici. Tout ce qu’il veut ; s’éloigner d’elle. Il y a trop d’auras négatives, de pensées stupides, de réactions étranges – un peu incontrôlables. Le regard du garçon se pose trop sur son visage, sur ses lèvres. Ses mains tremblent trop à l’idée de devenir entreprenant à force d’être exaspéré par son attitude. Au fond, il agit de la même façon avec tout le monde – pourquoi n’y aurait-elle pas droit aussi ? Il échappe un rire et lève les yeux au ciel. Après avoir englouti une énième barre de chocolat, il se rapproche d’elle et passe sa main le long de sa joue pour attraper l’une de ses mèches de cheveux et jouer avec celle-ci. Un rire léger, et il prononce d’une voix tendre, enjouée et moqueuse :

« On joue à quoi maintenant, noona ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jung Hae Woo
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 22
Ϟ live in seoul since : 28/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Lun 11 Juin - 20:47

Shin Hwa ▬ « Parce que c’est ma faute peut-être ? »

Même si elle se donne un air de méchante et de gamine qui joue sa grande fille, Hae Woo est bien loin d'être comme cela dans le fond. Un tas de personnes pourrons le confirmer, elle est plus du genre à être gentille et faire attention aux autres, comme elle le faisait avec ses frères. En faite, c'était devenue une habitude de prendre soin des autres même si elle avait, comme tout le monde, ses mauvais côtés. Mais une de ses qualités était sa gentillesse, peut de gens n'y avaient pas accès, il fallait vraiment qu'elle est affaire à un cas pour ne pas se comporter normalement, si on peut dire ça comme ça, avec un individu. Et il faut croire que ce cher Shin Hwa, bien qu'il soit mignon, rentre parfaitement dans cette petite catégorie de personnes. Il avait l'art pour la faire démarrer au quart de tour et l'obligé à répondre du tac ou tac des réponses stupides qu'elle ne pensait pas forcément. Comment était-ce arrivé ? Qu'avait-elle fait pour en arriver là ? C'était suspect, il y avait en effet plein de question à se poser. Plein de questions qui ne concernait qu'une seule personne : Shin Hwa. Bizarre n'est-ce pas ? Enfin comme elle venait de le dire à ce petit, fallait pas se poser ce genre de questions, sinon on n'en finissait pas ! Elle soupira, n'ayant certainement pas envie de répondre à cette question stupide, elle lui fit simplement comprendre que sa question était inutile, en un soupire. Il s'en prit encore à la porte. La jeune fille retourna prendre sa place sur la table. C'était là où elle était le mieux en fin de compte. Assez loin de lui en restant assez proche. Car devinez quoi, cette ambiance ne lui plaisait pas du tout. Être enfermée avait toujours été un supplice pour elle, elle avait toujours détesté ça, et pour le peu de fois où elle fut en tête à tête avec une telle situation. La cerise sur le gâteau était qu'elle allait devoir attendre avec lui et dieu sait ce qui pouvait arrivé vu ce qu'ils avaient déjà « vécu » ensemble – j'ai l'impression de parler d'un vieux couple. Cet épisode à la cafétéria, elle n'avait jamais eu l'occasion de chercher le jeune homme comme elle l'avait fait ce jour là... Et les choses n'étaient pas tellement différentes aujourd'hui, elle n'était juste pas accompagnée d'amis et il n'était pas non plus accompagné par quelqu'un qui l'empêcherait de faire n'importe quoi. Oui, elle avait béni son meilleur ami, celui de ce petit morveux, de l'avoir stopper rapidement dans son élan. Au moins, dès le début, il y avait eu une sorte de limite.

Personne n'allait passé à cette heure là, tous les élèves étaient occupés. De plus qui viendrait ici ! Ils n'étaient pas vraiment dans une aile qui était souvent visité, du coup, bonne chance pour trouver de l'aide... Il fallait donc attendre. En plus, la jeune fille n'avait même pas son portable sur elle puisqu'elle l'avait prêté à une de ses amies pour qu'elle appelle une de ses connaissances, enfin pour régler des histoires personnelles quoi. Hae Woo avait donc été la première à lui filer son joujou et était partie en direction de son casier pour prendre quelques bouquins et poser certain... Et c'est alors que Shin Hwa lui a foncé dedans, l'a prise pas le bras et l'a emmenée dans cette fichue salle. Elle soupira. Elle qui avait tout le temps son portable sur elle, pourquoi avait-il fallu qu'elle le prête aujourd'hui ? Qu'elle tombe sur lui ? Elle en avait juste marre, elle avait juste envie de crier pour que quelqu'un les entende... Elle ne prit même pas la peine de répondre au jeune homme quand il lui demanda :

Shin Hwa ▬ « Il va falloir rassembler des provisions. On ne sait pas pendant combien de temps on va rester ici. T’as quoi sur toi ? »

Oui, elle était trop occupée à se tuer intérieurement pour foudroyer quelqu'un d'autre. Elle le laissa donc fouiller dans son sac, gardant le regard fixe et blanc mais souriant quand il fut obligé de poser les pieds au sol pour prendre son sac. Tu m'étonnes qu'il était lourd, limite elle avait mit des briques dedans, mais Hae Woo aimait ses bouquins, même se cours, elle ne s'en séparait que très rarement quand elle était dans l'établissement. Elle se disait que c'était toujours utile d'avoir de la documentation sur soit. Pourtant, c'était pour ça qu'elle allait à son casier. Elle le regarda vider son sac, et il y en avait des choses à vider. Elle souriait légèrement. Elle se réveilla de son petit coup de tens quand elle l'entendit repartir de plus belle. Elle le regarda.

Shin Hwa ▬ « Je pensais pas qu’un jour j’aurais à nourrir une plus vieille que moi. T’as vraiment quedalle sur toi, ou tu fais semblant d’être fauchée et de pas comprendre ce que je te dis ? Tu veux que je te parle chinois, ça ira mieux ? »
Hae Woo ▬ « J'ai jamais dis que j'avais faim je te signale, j'mange pas n'importe quoi n'importe quand. Bon et sinon, maintenant que tu as tout déballé, tu peux tout ranger. »

Elle le regarde ensuite s’empiffrer. Halala la jeunesse, se disait-elle. D'ailleurs elle affichait une expression très similaire à ce qu'elle pensait. Elle restait sur sa table, ne voyant pas pourquoi elle aurait à bouger. Il n'y avait rien à faire ici. Elle n'avait même pas, en plus, quelqu'un avec qui discuté... Pas envie de se faire une conversation à la mormoilneu. Du coup, elle se taisait, c'est ce qu'il y avait de mieux à faire. Mais il fallait croire que ce cher petit Shin Hwa n'était pas du même avis. Il s'approcha de la jeune fille, après avoir fini de bouffer n'importe quoi comme un adolescent. Il passe délicatement sa main sur le visage de la jeune fille et finit par jouer avec une de ses mèches de cheveux. Elle le regarde dans le yeux, soudainement choqué par l'attitude qu'il a... Qu'est-ce qu'il cherchait ?

Shin Hwa ▬ « On joue à quoi maintenant, noona ? »

Elle ne laissa pourtant rien paraître. Elle le regarda simplement, le laissa continuer ses petites « tendresses » - si on peut appeler ça comme ça. Parce qu'elle savait bien qu'une fois de plus, il se moquait d'elle, en plus il l'avait appelé Noona. Ce petit nom sonnait à merveille, elle aimait bien quand sa sortait de sa bouche, en plus pour une fois, il avait pris une voix douce pour lui parler. Même si elle sait qu'il est aussi moqueur. Bizarrement, elle sent cette sensation dans son ventre qu'elle s’efforce de cacher.

Hae Woo ▬ « Tu es sur de me laisser choisir, Oppa ? »

Elle lui fit un petit sourire, aussi moqueur que celui qu'il avait prit il n'y avait même pas quelques secondes, car une fois de plus, elle avait répondu du tac au tac. Elle lui fit un petit battement de cil, comme elle avait si bien l'habitude de faire. Autant jouer le jeu non ?

Hae Woo ▬ « Dans ce cas... Action/vérité, ça te va ? »

Un des jeux préférés de la jeune fille. Elle jouait toujours à ça avec ses frères, et vu qu'elle était très forte pour mentir, elle était très forte pour ce jeu.


Jung Hae Woo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Mar 12 Juin - 16:41

« A-Action ou Vérité ? T’as pas mieux ? »

Ce jeu, il le trouve délibérément inutile et stupide. Que pourraient-ils bien faire à deux dans cette pièce avec un stupide jeu comme celui-ci ? Il est vrai que quand le jeune homme était petit, il lui arrivait très souvent – trop souvent, de partager des secrets juste en disant « Vérité » aux jeunes femmes avec qui il voulait juste s’amuser. Elles voulaient toujours savoir pourquoi il s’absentait autant, pourquoi on le voyait jamais avec sa « meilleure amie », pourquoi son père ne venait pas aux rencontres parents-professeurs, pourquoi il avait toujours cette arrogance sur son visage, pourquoi il lui arrivait d’arborer un visage triste, et bien sûr, si il avait déjà eu des relations, pas qu’une amourette, de vraies relations. Les jeunes femmes qu’il fréquentait, sont toutes devenues de grandes étudiantes dans l’université. Elles ne le voient plus, ne le regardent plus, ne lui sourient plus. Elles ont eu leurs heures de gloire en sa compagnie, car, il ne faut pas croire que le jeune homme est insensible au charme des femmes. Il ne faut pas croire qu’il n’a jamais touché à une femme. Se moquer de Hae Woo revient donc à un jeu d’enfant pour lui. C’est comme si il redevenait le petit garçon envoutant en souriant simplement. Hae Woo est dur à comprendre, dur à cerner, mais avec de la persévérance, il pense atteindre son but. La faire flancher. La faire languir. La faire bouillonner de rage. Il n’a jamais ressenti cette extase d’être « mauvais, arrogant, hautain, mesquin ». Il se languit déjà de la faire trembler, de la faire rougir de honte. Seulement, Shin Hwa veut, mais ne fait pas. Il n’a pas d’estime pour elle, et pourtant, il est vrai qu’elle se trouve réellement être sa « noona ». Il ne peut le nier, ce fait bloque chaque geste qu’il aurait entrepris avec n’importe qui à cette heure. Serait-il sensible au charme de la douce demoiselle ? Elle ne semble pas, contrairement à lui, ressentir une quelconque hésitation à lui faire des remarques cinglantes. Un léger rire traverse ses lèvres et il se mord la lèvre tandis que le regard de Hae Woo se fait insistant sur lui. Il fronce les sourcils, détourne son regard. Il déteste qu’on le fixe comme cela. Il déteste qu’on lui force la main ainsi.

« Aish. Si c’est c’que tu veux, wonderwoman. Vérité. Quel action voudrais-tu envisager dans cet espace… clos ? »

Il déteste les espaces clos, et plus encore quand il se trouve en compagnie d’une jeune femme comme elle. Il la hait, sans nul doute. Mais la haine ne fait-elle pas la passion ? Sans aucun doute que si ; car le cœur de Yoon Shin Hwa bat considérablement fort et manque de se perdre dans l’allure incroyable qu’il a pris durant ses quelques minutes. Shin Hwa est davantage perturbé quand elle parle que quand il agit puérilement et d’une façon bien trop entreprenante avec elle ou les femmes en générale.

« Que désires-tu savoir de moi ? Je ne suis un mystère pour personne. Du moins, j’crois pas. »

Il se vante, cet idiot. Il passe sa main dans ses cheveux, sourit et vient se pencher vers elle. Son souffle court glisse sur la peau de la jeune femme, déplaçant quelques mèches de cheveux. Ses lèvres se posent presque le long de sa joue pour rejoindre son oreille. Il adore les taquiner. Il adore attiser leurs sentiments, leurs sensations, leurs mal quand elles sont peu à l’aise en la compagnie d’un homme – en sa compagnie, simplement. Il rit doucement et chuchote à son oreille comme il le ferait avec n’importe quel autre jeune femme de cette établissement – car il les loge à la même enseigne.

« Je peux dire ce que je veux… faire ce que je veux… »

Les mots se bousculent entre ses lèvres, dans son esprit, aussi. Il ne sait plus ce qu’il dit sans doute, mais il croque la vie à pleine dents, il oublie presque qu’une opportunité pourrait se produire, lui offrant ainsi la vie. Il s’en contrefiche. Shin Hwa joue – il adore jouer. C’est son occupation favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jung Hae Woo
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 22
Ϟ live in seoul since : 28/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Mar 12 Juin - 21:38

Au niveau des jeux, mieux ne valait-il pas en demander trop à cette chère Hae Woo. Les jeux, ce n'était plus de son age... Mais elle se permettait bien un petit retour à l'enfance avec ce petit Shin Hwa. Elle avait beau dire qu'elle ne l'appréciait pas, s'énerver parfois en parant de lui, au fond ça l'amusait d'être avec lui. Même si elle pouvait être énervée en parlant de lui ou ne jamais lui montrer une autre facette d'elle qu'une gamine chieuse, elle devait bien avouée que le peu de temps qu'elle passait en sa compagnie était mémorable. Un sentiment est un sentiment vous savez. La haine, ou plutôt ce que l'on appelle la haine, n'est qu'à un petit pas de l'amour. Quand on y pense ses sentiments ont beau être paradoxales, ils sont positionnée à la même hauteur sur une même échelle. Il n'y a donc pas tant de différence entre le deux. Mais cela, c'est plutôt subtile à voir, bien trop, même pour nos deux jeunes adultes pourtant tout deux intelligents. Même si je vous avouerais que leurs comportements n'étaient pas à la hauteur de ce à quoi ils étaient capables... Et étrangement Hae Woo le sentait. Ne me demandez pas pourquoi, mais la jeune fille sentait que Shin Hwa avait quelque chose de faux. Grande observatrice, elle l'avait déjà regarder, même pendant de brefs instants, et il agissait quasiment dans tous les cas de la même façon... Cela la troublait d'autant plus qu'il n'agissait pas forcément de la même manière avec lui. La preuve venait de se faire devant ses yeux : il avait froncé les sourcils et détaché son regard pour le plonger dans la petite pièce. Ce n'était pas l'habitude que devait avoir un jeune homme si entreprenant si je ne m'abuse. Elle fit un petit sourire.

Shin Hwa ▬ « Aish. Si c’est c’que tu veux, wonderwoman. Vérité. Quel action voudrais-tu envisager dans cet espace… clos ? »

Il venait d'accpeter de jouer. Il avait choisit, en plus, vérité. Hae Woo se souvenait qu'elle était toujours celle qui posait des questions inutiles -à première vu- aux autres joueurs. De histoires d'habitudes et d'attitudes qu'elle aimait connaître pour voir à quelle genre de personne elle avait à faire. Cela faisait fonctionner son esprit, elle aimait ça, c'était d'ailleurs pour ça qu'elle faisait ses études en médecines, en plus de sa passion pour tout ce qui touchait l'anatomie. Son petit sourire toujours affiché sur ses lèvres, hocha la tête. Oui, quelle action y avait-il à faire dans un endroit tel que celui-ci. Elle commença à réfléchir. Qu'allait-elle donc bien pouvoir lui demander ? Ce qu'il mangeait les matins ? Ce qu'était ses passe temps ? Non ça faisait trop. Il se douterait certainement qu'elle chercherait à en savoir un peu sur lui... D'ailleurs, pourquoi voulait-elle en savoir sur lui ? Elle partit sur autre chose, ce n'était pas le moment de s'attarder sur ça, il fallait qu'elle passe à autre chose. Voyant que la question ne venait pas, il reprit la parole :

Shin Hwa ▬ « Que désires-tu savoir de moi ? Je ne suis un mystère pour personne. Du moins, j’crois pas. »

Elle afficha un petit sourire en coin... Si modeste. Il la faisait rire intérieurement. Ne portant pas d'attention plus grande à ces paroles, elle se concentra et ne s’aperçut pas qu'il s'était rapprocher d'elle. Le souffle du jeune homme, elle pouvait le sentir contre sa joue. Elle n'eut pas de réaction spécial si ce n'est qu'un petit reculement sur le côté, par réflexe. Elle n'avait pas tellement l'habitude d'être aussi proche de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, qu'elle n’appréciait pas plus que cela. Il ajouta :

Shin Hwa ▬ « Je peux dire ce que je veux… faire ce que je veux… »
Hae Woo ▬ « HinHin... Si tu le dis... »

Lui répondit-elle en essayant de garder quelques écarts avec lui. Ça la gênait qu'il se permette d'être aussi... Proche d'elle. Hae Woo savait qu'en Corée, l'âge était important, mais elle avait vécu en Russie et elle n'avait pas intégré cette règle, donc ce n'était pas forcément le fait qu'il soit plus jeune qu'elle qui la dérangeait. Plus qu'il se permette tout et n'importe quoi. On dirait un gamin qui n'avait jamais connu de limite. Elle finit pas lui poser simplement :

Hae Woo ▬ « Donc... Est-ce que tu tiens à la vie ? »

C'était une question qui lui était venue comme ça, elle ne connaissait absolument pas l'histoire de ce jeune homme. Pourquoi cette question ? Parce qu'elle tenait à savoir si oui ou non il continuerait à aller plus loin, à se rapprocher d'elle comme ça. Hae Woo, en faite, était assez froide avec lui, elle ne souhaitait pas qu'il l'approche. Allez savoir pourquoi... Parce qu'entre nous, elle avait croisé bien pire dans sa vie. En posant cette question, elle s'était tout de même permise de s'écarter un peu de lui pour le regarder dans le yeux et lui effleurer le visage du bouts de ses doigts. Elle fit un petit sourire.

Hae Woo ▬ « Allez, à toi... Vérité.»


Jung Hae Woo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Mer 13 Juin - 16:17

« Q-Que quoi ? »

Ses yeux grands ouverts la fixent avec surprise. Il s’attend à n’importe quelle question sauf à celle-ci. C’est assez ironique d’ailleurs, quand on sait que la réponse à cette question et subtilement négative et inapproprié pour un garçon de son âge. Il n’a que vingt ans, pourquoi penser à la mort à cet âge, n’est-ce pas ? Un rire traverse ses lèvres, secoue ses épaules, mais son regard ne quitte pas la jeune femme. Il cherche à trouver pourquoi une telle question ; mais n’y a-t-il peut-être aucune intention derrière ces mots ? Il grimace, se mord la lèvre. Doit-il vraiment répondre franchement ? Si il lui ment elle ne le sait pas ; elle ne le connait pas après tout. Il se gratte le front machinalement. Shin Hwa a tendance à trop bouger quand il est perturbé, quand on le surprend davantage que lui puisse surprendre la personne face à lui. Il déteste ça – être pris de cours – ça le rend particulièrement hargneux d’ailleurs. Une moue se dessine sur ses lèvres. Il secoue la tête et s’assoit sur le rebord d’une table derrière lui, faisant toujours face à la jeune femme. Il compte bien déceler tous ses secrets en très peu de temps. Il est doué pour cela, même si Hae Woo ne lui rend surement pas la tâche facile.

« Hmh. Nan. Je tiens pas à la vie. Si tu connaissais mon histoire, tu saurais que de toute manière Yoon Shin Hwa est destiné à crever. »

Sa carapace se fêle doucement. Il s’ouvre déjà à elle sans s’en rendre compte. Il veut alerter tous ses sens en agissant de la sorte, mais peut-être lui rira-t-elle au nez, en croyant qu’il dit des idioties pour la faire rire, en croyant qu’il ment tout simplement. Le visage de marbre du garçon ne révèle cependant aucune faille de ce « mensonge » ; car au fond, ce qu’il dit est vrai. Dans peu de temps maintenant, Shin Hwa sera soumis à des examens, des dialyses, à des tonnes de trucs pour le maintenir en vie dans la société, le temps de trouver ce fichu rein qui lui sauvera la vie. Mais quand ? Quand est-ce qu’une personne compatible pourra lui offrir ce précieux rein qui lui offrira une meilleure vie ? Au bout d’une année, Shin Hwa a vite déchanter et s’est faite une idée sur la question. Personne ne pourra – personne. Il est seul avec son destin, seul avec lui-même, du matin au soir, de toute la matinée à toute l’après-midi – définitivement seul. C’est pour cette raison que se retrouver en la compagnie de cette jeune femme pour surement toute la fin de l’après-midi et surement la soirée, peut-être bien la nuit, ça le perturbe, ça le fait flancher légèrement – et Shin Hwa s’ouvre réellement. La coquille de l’huitre se laisse berner par un sourire et dévoile sa perle rare – la gentillesse et la tendresse – car au fond, ces qualités peuvent émaner du garçon, mais il n’en a pas conscience. Hésitant, il la regarde. Il réfléchit ainsi à la question qu’il pourrait lui poser. Cependant, il ne sait pas. Il est perdu entre envies de baisers fiévreux et de toucher ses formes. Shin Hwa est un gamin qui ne trouve son bonheur qu’en glissant son visage dans le cou d’une femme – il n’a jamais appris à s’ouvrir, et à apprendre à connaitre quelqu’un. Or, c’est ce qu’ils sont peut-être en train de faire. Eux. Les deux personnes qui se haïssent à cause d’une bousculade et d’une arrogance sans faille.

« Euh… Tu… Tu as un petit ami ? Naon ; c’est banal et pas approprié. T’as un secret ? J’veux dire. On a tous des secrets que d’autres ne savent pas. C’quoi le tien ? Tu viens d’où ? T’es qui ? »

Le jeu se transforme en interrogatoire, mais il veut juste apprendre à la connaitre. Balbutiant légèrement, il s’excuse d’un regard. La carapace est totalement ouverte, c’est certain – sinon ce regard timide et gêné ne s’imiscerait pas sur son visage, il ne se mordrait pas la lèvre jusqu’à ce qu’une goutte de sang perle le long de sa lèvre, il ne jouerait pas avec ses doigts pour se distraire autrement. Le gamin est atteint. La beauté de la jeune femme brille. Elle étincelle dans le regard de Shin Hwa. Il se racle la gorge, mais c’est trop tard bien évidemment.

« Erm. Pardon. Trop de questions, nee ? Mais à vrai dire… T’as qu’à me parler de toi. Si on doit passer des heures ici, autant… essayer de… »

Il lève les yeux au ciel, exaspéré par lui-même, descend de sa table. Il attrape le poignet de la jeune femme et l’attire dans le coin de la pièce où il s’installe et enlève sa veste pour la passer sur les épaules de la jeune femme.

« Ne crois pas que j’ai changé. C’est juste… Bref. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jung Hae Woo
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 22
Ϟ live in seoul since : 28/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Mer 13 Juin - 20:25

Quand deux personnes se rencontrent, elles parlent souvent de choses inutiles. Souvent, elles font ça sous formes de questions, souvent inutiles certes, mais qui aide à voir un peu plus en profondeur dans la personne que nous avons en face de nous. Après, chacun ses astuces, certains prendront un malin plaisir à détourner la vérité et à se présenter sous une autre image alors que d'autres resteront naturels. Hae Woo ne savait pas quel choix allait faire Shin Hwa, puisqu'ils n'avaient jamais réellement bien parlé et qu'ils n'avaient pas commencé sur un bon pied. Tout le monde sait qu'un mauvais départ est souvent difficile à rattraper, car du coup, chacune des deux personnes se remplissaient la tête de préjugés et ils étaient difficile de s'en détaché, la haine était là. C'était le cas de nos deux jeunes gens, ce n'est pas à oublié. Mais... Jamais Hae Woo aurait cru surprendre par une question aussi simple ce petit gamin. Il l'ava it fixé avec surprise, elle avait eu l'impression qu'elle avait demandé la pire chose, la chose qu'il fallait absolument évité. Je vous avoue que, quand il l'avait fixée, elle avait eu peur de sa réaction, car, je vous assure, que vu comme il s'était présenté à elle, il n'avait pas l'air d'être le genre de mec à rester dans un coin sagement installé alors qu'on touchait des points sensibles... Mais dire qu'il n'y avait aucune intention derrière cette question, dire qu'elle posait ça comme ça juste pour avoir une réponse, était totalement faux. Certes, il était facile de mentir, donc elle n'aurait certainement pas la réponse à sa question : pourquoi agissait-il ainsi ? Elle n'était pas bien douée en psychologie, mais elle avait apprit que si certaines personnes s'amusaient à être arrogant pouvait être signe d'un mal être. Mais tout n'était qu'une supposition. Elle ne pensait pas que cette question l'affecterait autant. Elle ne tenait quand même pas à le déstabiliser, elle ne pensait d'ailleurs pas le déstabiliser. Elle s'était mise mal à l'aise toute seule, mais ne le montrait pas.

Shin Hwa ▬ « Hmh. Nan. Je tiens pas à la vie. Si tu connaissais mon histoire, tu saurais que de toute manière Yoon Shin Hwa est destiné à crever. »

Elle n'ajouta rien, se contenta de la réponse. Elle ne la comprenait d'ailleurs pas, tout le monde était destiné à « crever » comme il le disait, mais à priori c'était différent pour lui... Comme elle l'avait compris, il fallait le connaître pour voir où il voulait en venir. Elle sourit, bizarrement, car avouons que la situation était bien embarrassante, elle changea d'ailleurs rapidement de sujet en annonçant qu'elle choisissait vérité et non action, comme lui. Il se mit donc à réfléchir, il lui fallait une question à lui aussi. Elle attendait patiemment en ce demandant bien ce qu'il pouvait lui arriver, pourquoi une telle réponse. Les révélations n'allaient pas tomber comme ça, il fallait qu'elle demande, mais si elle avait déjà touché un point sensible mieux ne valait-il pas continuer... Toutefois, elle avait envie de savoir, sa curiosité était plus forte... Elle avait envie d'en savoir plus sur lui maintenant... Au bout de quelques minutes, il prit la parole, elle se concentra donc :

Shin Hwa ▬ « Euh… Tu… Tu as un petit ami ? Naon ; c’est banal et pas approprié. T’as un secret ? J’veux dire. On a tous des secrets que d’autres ne savent pas. C’quoi le tien ? Tu viens d’où ? T’es qui ? »

Elle rigola, gentiment, il était devenu si... Adorable ! Elle craquait complètement devant ses petits airs gênés, même si elle ne devait pas trop le montrer. Il s'en mordait même les lèvres. Ne tenant pas à le faire trop attendre, à le laisser dans cette situation alors qu'il n'y avait même pas cinq minutes il était aussi aimable et froid qu'une porte de prison, elle allait reprendre la parole pour répondre à ce qu'il lui avait demander. Mais elle préféra le laisser parler quand elle vit qu'il n'avait pas forcément fini.

Shin Hwa ▬ « Erm. Pardon. Trop de questions, nee ? Mais à vrai dire… T’as qu’à me parler de toi. Si on doit passer des heures ici, autant… essayer de… »

C'était officiel, elle avait réellement beaucoup de mal à se dire qu'elle avait bien ce cher Yoon Shin Hwa devant elle. Ils n'avaient jamais eu de telles conversations, il allait falloir qu'elle parle d'elle... Très bien, mais comment dire... Elle n'en avait pas tellement envie ? A ce jour, il ne s'était pas réellement passé quelque chose de formidable en vingt et un ans de petite vie... Elle avait juste fait une bêtise en venant à Séoul retrouver ce cher Ilyah qui était avec une autre. C'était ce qu'elle se disait, même si elle l'aimait encore. Il était toujours en train de la hanter. En avait-il conscience ? Certainement pas, trop occupé à autre chose, sûrement... La moindre allusion à l'amour, aux petits copains et à tout ce qui accompagnait ses choses étaient tout de suite provocatrice de réflexion chez la jeune femme... Elle ne savait pas trop quoi le répondre. Officiellement, elle n'était pas en couple, c'était donc la vérité de dire qu'elle était célibataire... Non ? En attendant, alors qu'elle était dans ses réflexions, Shin Hwa la prit par le poignet et la conduit dans un coin de la pièce, elle manqua de s’étaler correctement sur le sol.

Shin Hwa ▬ « Ne crois pas que j’ai changé. C’est juste… Bref. »
Hae Woo ▬ « M-Merci... »

Il était de plus en plus troublant non ? Elle le regarda en installant correctement la veste qu'il venait de lui donner, sa veste, sur ses épaules. C'était gentil de faire ça, elle n'aurait jamais pensé cela de lui... Elle s'assit par terre, adossée contre le mur :

Hae Woo ▬ « Puisque ta première question concernait mon statut du moment , je peux juste te dire que je suis célibataire. Mais comme tu l'as dit, c'est banal comme question -et donc comme réponse- … Jvais donc ajouter autre chose... Pour qu'on soit 'quitte' : »

Elle fit une pause. Elle souffla :

Hae Woo ▬ « Tu trouves que j'ai un bon accent Coréen ? Parce que je ne suis pas coréenne pure souche. Ça ne fait que quelques mois que je suis ici.»

N'allez pas chercher à comprendre ce que ça lui apporterait de dire cela, elle aimait juste le dire et qui sait peut être qu'il le savait déjà. Mes étrangers faisaient beaucoup parler d'eux, la plus part du temps, dans les établissements scolaires. Ce n'était pas bien important dans le fond. Elle se tourna vers lui, repartant à la recherche d'explications :

Hae Woo ▬ « Pourquoi tu ne tiens pas à la vie ? »


Jung Hae Woo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Jeu 14 Juin - 17:24

Un sourire. Un mouvement. Des lèvres. Un regard. Il identifie tout ce qui l’entoure à n’importe quelle heure de la journée. Qu’il soit huit heures du matin ou qu’il commence à faire nuit, il observe quiconque se dresse sur son chemin, inspecte les faits et gestes de la foule qui l’entoure. Il se fond dans la masse et devient comme eux, des gens normaux, des gens ne réfléchissant pas à leur problème et allant de l’avant. Parfois, il se demande si il est spécial, si c’est pour cela qu’on le regarde avec intérêt particulier ou une indifférence extraordinaire. C’est tout l’un ou tout l’autre. Shin Hwa a beau tenter de comprendre la gente féminine depuis quelques années, il n’en est ressorti que des conclusions négatives – toujours négatives. Toutefois, en la présence de la demoiselle à présent, tout semble différent. Quelques heures avant il nourrissait un profond sentiment d’amertume et de dégoût envers elle, et pourtant, il n’en est pas moins qu’il se sent « vivre » et « respirer » en sa présence. C’est comme si un nuage flottait dans l’air et que le vent le poussait à se déplacer davantage, avec plus de vigueur. C’est comme si ce sourire léger qui se dessine sur son visage venait caresser sa joue rose, venait se loger près du coin de ses lèvres. Il inspire profondément une bouffée d’air. Elle n’est pas celle qu’il pense être – elle est quelqu’un de plutôt intéressant, pas parce qu’elle n’était pas Coréenne de souche, ou qu’elle venait d’emménager depuis seulement quelques mois – non, plutôt pour sa personnalité hors norme, et ce minois qui cache bien des secrets.

« J’y tiens pas. C’est tout. C’est comme ça. »

Il n’y tient pas parce qu’il n’a pas le choix. Si on lui annonçait qu’un rein était disponible pour sa petite personne, il pleurerait de joie comme de rage. Une personne serait alors nommer comme étant décédé – cette personne lui offrirait la vie alors que celle-ci s’est offerte à la mort. Il déteste cette idée. Il la chasse dès qu’elle apparait dans son esprit – mais de toute manière, personne ne se manifeste pour son bien-être, pour sa survie. Les docteurs enchainent les appels à huit heures du soir pour savoir quand il viendra à l’hôpital pour faire son énième dialyse ou tout simplement pour faire d’innombrables examens interminables. Un frisson traverse son échine. Il ne la regarde plus de quelques minutes. Il a honte ; mais il ne tient pas à la mort ; car elle, ne tient pas à lui. Si quelqu’un voulait de lui sur cette Terre, il n’aurait jamais eu ce problème. Sa mère ne l’aurait pas abandonné. Son père ne l’aurait pas foutu à la porte. Ses frères se soucieraient de son sort. Sa sœur l’hébergerait à sa demande. Ses amis se soucieraient de ses absences, ses camarades aussi, l’école toute entière. Cependant, ce n’est pas le cas. Personne ne semble au courant du triste sort de Yoon Shin Hwa, c’est aussi bien comme cela. Il n’aime pas la pitié, ni la charité – autant se taire et approcher de la mort autant qu’il le peut. Parfois, il se demande pourquoi il est encore là alors qu’il pourrait être ailleurs. Mais la réponse à cette question est impossible à résoudre – car il est là aujourd’hui, avec cette demoiselle qui quelques heures auparavant l’exaspérait au plus au point. La carapace qui cachait bien des facettes de sa personnalité s’est fêlé et à laisser découvrir une pointe de nervosité, une pointe de sincérité, de gentillesse et de douceur dans ses gestes et ses paroles. Shin Hwa n’en reste pas moins un gamin impossible à vivre, un gamin qui préférerait être un fantôme plutôt que de supporter le regard des autres. Il ne lève pas souvent la tête pour regarder le monde qui l’entoure, et ce, depuis qu’il est petit. Deux ou trois fois dans l’année, il sera fier de ce qu’il est – les autres, il se cachera au maximum du regard des autres tout en étant miraculeusement arrogant et énergique le soir. Car le soir, tout semble plus facile pour lui. Il s’ouvrirait à n’importe qui pour parler de sa vie de débauche. Il s’enverrait en l’air avec n’importe qui pour oublier quelques heures avant de revenir à la réalité. Mais Shin Hwa est un garçon trop sage, trop gentil. Il ne toucherait pas à une mouche, même si il en avait l’occasion. Le garçon a un cœur fragile et moelleux – un cœur saignant qui ne demande qu’à aimer et à chérir une âme quelques temps. Il a toujours rêvé de cela – l’amour – mais à ses yeux, c’est une chose qui lui est impossible d’avoir à présent. Peut-être se trompe-t-il, mais comment le saurait-il ?

« En fait, je…. J’suis censé crever dans quelques années. Deux ans ou trois. Si ce n’est moins. Donc, la vie, j’m’en branle carrément. Je préfère vivre comme un fantôme et ne pas partager ma souffrance et euh… »

Il secoue la tête négativement. Il est idiot de s’ouvrir et de « pleurer » sur son sort. Il devrait s’estimer heureux de vivre encore aujourd’hui. Il devrait s’estimer heureux qu’elle soit plus tendre et calme que les quelques minutes auparavant avec lui. Il lève les yeux au ciel, passe sa langue sur ses lèvres et ferme les yeux en collant son crâne contre le mur.

« Wué, on s’en tape. Mais t’as posé la question. On est censé répondre avec sincérité aux questions de ton stupide jeu non ? Alors à toi. »

Son regard cherche le sien. Sa main se pose sur son poignet pour l’attirer près de lui. Son buste s’est tourné littéralement vers elle. Il la fixe de son regard noir d’encre, regard intense, brillant dans la lueur de la fenêtre. Le soleil se couche dehors, on dirait.

« D’où viens-tu ? Et ehm… Action, cette fois. C’est en s’amusant que le temps passera plus vite, naon ? Alors, vas-y, je t’en prie, donne-moi n’importe quoi à faire. »

Son regard fixe ses lèvres. Pourquoi diable l’attirent-elles autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jung Hae Woo
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 22
Ϟ live in seoul since : 28/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Ven 15 Juin - 19:09

Shin Hwa ▬ « J’y tiens pas. C’est tout. C’est comme ça. »

C'est tout, c'est comme ça... Quelle réponse étrange. Cette réponse étonnait quelque peu notre chère Hae Woo, qui se demandait si elle avait bien fait d'insister. C'est vrai, chacun a sa vie, ses secrets, son histoires après tout, il était donc normal que ces paroles n'est aucun sens pour la jeune fille, puisqu'elle ne connaissait en rien Shin Hwa. C'était juste un gamin incontrôlable et arrogant comme elle avait déjà croisé des tonnes de fois... Enfin non, c'était faut, il n'était plus si arrogant que cela maintenant, il était mignon, elle le trouvait mignon. Donc, elle ne savait pas trop quoi pensé de lui, du coup, il avait l'art pour la pour lui torturé l'esprit, en avait-il conscience ? Il lui avait déjà mené la vie dur depuis un peu plus d'une semaine, depuis qu'ils s'étaient royalement bien présenté dans cette cafétéria où il avait été nécessaire de les séparer... C'était une belle anecdote. Elle lui en avait bien voulu et avait juré un bon nombre de fois sur sa tête, ne supportant pas son comportement arrogant et puéril, elle avait réagi au quart de tour et ne s'était pas mieux comporter, certes, mais selon elle c'était normal. Bref, voyez comment il la hantait d'une certaine manière, comment il arrivait à mettre son esprit sans dessus dessous. En ce moment même, c'était le cas, elle n'avait pas compris se retournement brusque de situation. Il avait directement changer de ton et d'attitude et ça il devait l'admettre même si il lui avait dit le contraire en lui annonçant qu'il n'avait pas changer... Elle n'osait du coup pas le rembarrer comme elle le faisait, tout le monde a un côté un peu méchant, sadique, mais ce n'est pas ce qui dominait chez Hae Woo. Elle n'osa rien dire, peur d'être cassante alors qu'elle venait de touché un sujet sensible et bien qu'elle souhaitait plus que tout le mettre dans des situations embarrassantes - comme toute à l'heure avec son histoire de barrage – elle se posait quand même des limites. De plus, le jeune homme ne la regardait plus. Il baissait le regarde de honte... Mais il ne fallait pas, il y avait forcément une raison valable à tout cela, on ne choisit pas d'aimer ou pas la vie, on est pas tous obligé de l'aimer vu ce qu'elle nous fait ou nous donne. La vie peut à la fois être notre meilleure amie ou notre pire ennemi, tout dépend de ce qu'elle nous donne, ce qu'elle nous fait traverser. Pour Hae Woo, et peut être même pour Shin Hwa, la vie n'avait pas forcément été très bonne, mais tous deux réagissaient différemment vis à vis de cela. Elle ininterrompue. Elle qui ne pensait pas avoir d'explications, elle fut servie :

Shin Hwa ▬ « En fait, je…. J’suis censé crever dans quelques années. Deux ans ou trois. Si ce n’est moins. Donc, la vie, j’m’en branle carrément. Je préfère vivre comme un fantôme et ne pas partager ma souffrance et euh… »

Deux ans ou trois... Voire même moins... C'est vrai que ce n'était pas très alléchant comme offre. Jamais notre jeune femme n'avait été confronté à de telles nouvelles. Elle le regarda, choquée. Jamais elle n'aurait cru que cela aurait pu sortir comme ça de la bouche de Shin Hwa, il n'aimait en rien Hae Woo alors pourquoi lui faire partagé un tel aveu ? Elle cligna des yeux. La vie n'est jamais bien aimable avec personne, mais des fois, elle abuse. Ce jeune homme avait à peine vingt ans et il ne lui restait que quelques années à vivre ? Quelle injustice. Ne sachant pas quoi répondre, elle laissa le silence faire les choses, signe de son embarra vis à vis de la situation. Il faut dire que c'était assez cocasse, elle ne pouvait pas le prendre dans ses bras pour lui apporter un quelconque réconfort, bien que ça n'aurait pas réellement servi à quelque chose, mais l’intention était bonne. Elle ne pouvait pas non plus lui dire qu'elle serait toujours là pour lui, vu la superbe relation qu'ils avaient. Elle n'était quand même pas sotte, elle savait que tout changerait, tout redeviendrait comme avant quand ils sortiraient de cette pièce.

Shin Hwa ▬ « Wué, on s’en tape. Mais t’as posé la question. On est censé répondre avec sincérité aux questions de ton stupide jeu non ? Alors à toi. »

Elle sourit et se retourna vers lui, comme pour lui dire « et oui, stupide comme jeu quand on a des secrets... », mais elle ne brisa pas son silence pour autant. D'ailleurs, voyant qu'il avait les yeux fermés, elle se dit que son expression ne servait absolument à rien. Elle baissa les yeux, toujours tournée face à lui, serrant sa veste pour couvrir ses bras. Et puis, elle eut une autre idée : la mettre complètement. Elle s'autorisa à le faire, elle enfila la veste du jeune homme, bien qu'elle était un peu grande, celui lui tiendrait chaud.

Shin Hwa ▬ « D’où viens-tu ? Et ehm… Action, cette fois. C’est en s’amusant que le temps passera plus vite, naon ? Alors, vas-y, je t’en prie, donne-moi n’importe quoi à faire. »

Hae Woo ▬ « Jviens de Russie. C'est la première fois que je viens en Corée, je ne connaissais ce pays que par le biais d'internet et de reportage avant de venir... Donc tu veux un action... »

Elle le regarda, se lécha les lèvres un coup en réfléchissant à ce qu'elle allait bien pouvoir lui demander. C'est vrai qu'es-ce qu'il y avait à faire ici ? Rien... Ce n'était qu'une pièce, vide en plus, deux ou trois chaises... Rien . En plus tout était poussiéreux. Elle fit un petit sourire en coin, elle l'avait son idée :

Shin Hwa ▬ « Hum... Fais moi rire. »

Elle laissa quelques secondes intervalle encore la suite de ses paroles. Changer de registre serait certainement bien, elle n'aimait pas le registre pathétique. Elle préférait rire, en plus, elle était persuadée qu'il devait forcément avoir quelques trucs horribles de gars en tête, quelques blagues bateaux, mais Hae Woo était bon public.

Shin Hwa ▬ « Ça va le faire ça, superman ? »

Une pointe d'arrogance ? Non... N'allez pas imaginer de telle chose, elle souhaitait juste mettre un petit côté défi à cette action, elle était impatiente de découvrir ce qu'il pouvait faire, en dehors de son arrogance et de son côté je m'en foutisme de ma vie, même si ce n'est pas tellement un côté... Et puis ça remettait un peu de vie à cette conversation.


Jung Hae Woo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Yoon Shin Hwa
avatar

❖ wonderful pawns.
they became useful as pawns in a game of chess.

Ϟ messages postés : 112
Ϟ live in seoul since : 16/04/2012


MessageSujet: Re: a memory that the two of us could never forget ★   Sam 16 Juin - 16:39

Elle se moque de lui, semble-t-il. La faire rire, c’est quelque chose qui lui échappe totalement. Faire rire, tout simplement, il s’agit d’une chose inconnue dans sa vie. Il soupire doucement. Quelques fois, quand il était jeune, on lui avait appris des blagues tordues à l’école. Il ne s’en rappelait pas réellement ; mais il pouvait davantage puiser dans ses souvenirs qu’inventer des histoires à dormir debout à la demoiselle. Ce qu’elle lui demande de faire, cela relève du miracle qu’il puisse l’accomplir. Il n’est pas doué avec les femmes – encore moins pour jouer d’un humour miraculeux qui peut en faire rire plus d’une. C’est pathétique n’es-ce pas ? Mais il ne peut rien faire quand à ce manque d’impensable dans son caractère. Il n’est pas humoriste, il n’est pas drôle. Pour tout dire, la seule fois où il s’est essayé à faire une fille, celle-ci l’a giflé. La marque rouge qui remplissait sa joue droite était si visible que tout le monde s’était mis à rire à la place de la fille ; et Shin Hwa était rentré la tête baissé, tel un idiot, sans se retourner. Ce genre d’acte lui échappe donc à tel point qu’il fronce les sourcils, se mord la lèvre et semble presque l’interroger du regard. Il déglutit difficilement. Sa bouche s’entre-ouvre mais aucun son n’en sort. Il reste paralysé devant sa chevelure retombant sur ses épaules – chevelure qu’il contemple, chevelure dont la couleur l’émerveille et le fait sourire. Depuis quand la chevelure, la couleur d’un cheveu, peut faire sourire le jeune homme ? Il est si froid ; il ne connait ni le bonheur, ni la joie de découvrir quelque chose. Shin Hwa est renfermé sur lui-même à cause de diverses situations catastrophiques, qui ont forgés le caractère qu’il arbore aujourd’hui. Un soupir s’échappe encore ; il baisse son regard. Il se sent pris au dépourvu face à l’action qu’elle lui a proposée. Aussi, cherche-t-il n’importe quoi pour pouvoir éventuellement la faire rire. L’euphorie qu’il a connu étant tout petit, quand il jouait dans le bac à sable en compagnie d’un ou deux garçons qu’il fréquente encore aujourd’hui, a totalement disparue. Il ne peut donc pas s’en inspirer pour parler. Il déglutit, avant de finalement parler.

« Ehm. T-Te faire rire ? T-T’es sérieuse ? J-Je suis pas… »

Idiot. Crétin. Stupide gamin. Te justifier ne servira à rien. Il grimace et essaye de sourire tant bien que de mal. Timidement, il attrape la main de la jeune femme et commence à jouer avec ses doigts. Tout ce qu’il peut faire, c’est ça – la toucher, lui manquer de respect. Parfois, elles rient – parce qu’elles sont toutes gênés par sa présence, par son toucher. C’est si normal à ses yeux qu’avec elle, il s’attend aux mêmes réactions – seulement, elle est une inconnue à ses yeux. Une fille qui vient de Russie. Une fille dont le dialecte coréen est à peine parfait. Il inspire profondément et son visage vient se glisser près de son cou. Ses narines hument son parfum. Ses lèvres manquent de se poser sur la peau de son cou, voire de son menton. Il se retient juste d’agir indécemment en sa présence car elle ne mérite pas cela – pas encore, du moins. Instantanément, il recule, vivace. Il sourit, trop fort. Son sourire brille. Ses dents blanches se dévoilent. Ses traits semblent pourtant sincères. Il semble pour de vrai heureux d’être là avec elle. Mais qui saurait si cela est réellement vrai ?

« Tu crois aux âmes sœurs ? »

Drôle de tentative pour la faire rire. Mais il croit aux miracles. Aussi, continue-t-il dans sa lancée.

« Les âmes sœurs. C’est quelque chose de merveilleux, non ? Tu n’y crois pas ? Tu ne crois pas qu’on puisse être des âmes sœurs ? C’est assez stupide dis comme ça, je le conçois. Mais un jour, on m’a raconté une histoire là-dessus. Et j’ai trouvé que ce serait intéressant aujourd’hui de t’en faire part. A vrai dire, je te déteste. Enfin, je croyais. T’as l’air de quelqu’un de bien au fond. Mais… Je… »

Il va perdre. Il le sent. Ses mots se bousculent et se chevauchent. Il perd le contrôle et le jeu n’est plus réellement ainsi. L’action a perdu son sens. Totalement.

« C’est assez hilarant n’est-ce pas ? Un gars qui va crever parce qu’il a besoin d’un rein, crois en l’amour le vrai, le pur ? »

Sur cette dernière note de dramatisme, il échappe un léger rire. Il s’interloque lui-même ; mais son histoire semble pourtant si bien sonner dans son esprit. Crois-t-il ou non en l’amour ? En réalité, il n’en s’est rien. Il n’y a jamais réellement pensé – car l’occasion ne s’est jamais présenter.

« Ah. C’était pas drôle ? »

Pas du tout même. Mais il ne pouvait pas savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

a memory that the two of us could never forget ★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
stfu. :: welcome to seoul, the dreaming city. :: myeongdong :: yonsei university :: couloirs-